L'Aventure Apple



Biographies : Jean-Louis Gassée



Né en 1944, diplômé de la faculté des sciences d'Orsay -- ben oui, c'est un Français ! -- Jean-Louis Gassée commence sa carrière informatique en 1968, chez Hewlett-Packard. A l'invitation d'Apple, il crée Apple France en janvier 1981, qui devient vite la plus grosse filiale d'Apple à l'étranger, alors qu'elle n'employait que 25 personnes à l'origine.

Jean-Louis Gassée, diamant à l'oreille et pantalons en cuir : un drôle de personnage dans l'histoire d'Apple -- et l'un des rares Européen avec Michael Spindler et Jonathan Ive a avoir joué un rôle important dans la firme. Il rejoint le siège d'Apple aux Etat-Unis juste au moment la démission de Steve Jobs, sur la demande de John Sculley. Il commence par remplacer Mike Murray au poste de directeur de Marketing, puis, plus tard, un nouveau département est créé pour lui : Apple Produits. Ce département est une grande innovation de John Sculley : enfin, les responsables de la recherche, du développement et les industriels se retrouvent autour d'une même table pour mettre au point les stratégies d'Apple.

Jean-Louis Gassée a une étrange vision de ce qu'Apple doit faire : son rêve est qu'Apple soit toujours en haut et à droite des tableaux comparatifs d'ordinateurs : les plus puissants et les plus chers... Toute sa stratégie repose sur la volonté de produire les meilleurs ordinateurs, quitte à les rendre peu accessibles au grand-public : il répond au slogan du Macintosh (The computer for the rest of us) par son propre slogan : "Fifty-five or die" (55 ou la mort), exprimant ainsi son idéal, atteindre 55% de marge sur chaque ordinateur. Une autre de ses théories intéressantes est le niveau de saturation du marché : il le situe à 4 ordinateurs par personne (un au bureau, un à la maison, un sur soi et un de secours !). Quant au marché visé par Apple, c'est celui de "tous les bipèdes agés de 2 à 102 ans".

Sous l'impulsion de Jean-Louis Gassée, Apple cherche de plus en plus à atteindre un niveau de qualité incomparable. Le système 7, les PowerBooks, l'interface utilisateur, les réseaux... rien n'échappe à cet homme qui souhaite se maintenir loin au-dessus de la concurrence. Il rêve même parfois à des produits vraiment originaux, comme un "réseau sans fil"... qui ne sera finalement réalisé que 10 ans après son départ ! Il a la bonne idée d'ouvrir le Macintosh à l'expansion interne, avec le lancement du Macintosh II et du Mac SE. Il fait aussi quelques choix regrettables, comme l'abandon du format PostScript d'Adobe, qui s'imposera ensuite comme un standard...

Il refuse également l'ouverture d'Apple aux cloneurs, considérant que c'est un très gros risque. Il exprime d'ailleurs son inquiétude pour des entreprises comme Microsoft qui concèdent des licences aux assembleurs japonais : pour lui, le marché risque alors d'être dominé par les entreprises japonaises, comme cela se passe sur le marché de l'automobile.

J.-L. Gassée quitte Apple en janvier 1990, après une chute de 20 % de l'action Apple pendant les fêtes de fin d'année. A l'image de Steve Jobs, il fonde sa propre Start-Up destinée à créer un tout nouvel ordinateur. Il s'était d'ailleurs confié aux journalistes d'Apple Magazine, peu avant de partir : en réponse aux questions concernant l'éventuel rachat d'Apple par les Japonais, il avait déclaré "je ne leur conseille pas, cela fera monter les prix, nous vendrons avec la plus-value, nous quitterons la société, traverserons la rue et avec tout cet argent, on en créera une autre" !

Cette entreprise, nommée Be ("être" ou "sois", en anglais), travaille à la fois sur un ordinateur, la BeBox et un système, BeOS. Le matériel n'est en rien révolutionnaire : Jean-Louis Gassée souhaite puiser dans la "banque d’organes" des PCs et adopte tous les standards existants, PCI, ISA, IDE, SCSI, et le processeur PowerPC déjà adopté par Apple. Be va d'ailleurs plus loin et prévoit des BeBox embarquant en standard 4 processeurs, chacun utilisé à plein régime, là où Apple n'utilise qu'une partie d'un processeur... Le système est une grande réussite : multitâche, multiprocesseur, capable de grandes prouesses dans le domaine de l'audio et surtout de la vidéo, il est particulièrement orienté vers le marché des créatifs. Be le propose en version PC et en version Mac.


Pendant quelques mois, Be est pressentie pour apporter à Apple la technologie qui lui manque pour créer un nouveau système d'exploitation, suite à l'échec du projet Copland. Finalement, c'est vers NeXT (et surtout vers Steve Jobs) qu'Apple se tournera. Il semblerait que le prix demandé par Jean-Louis Gassée ait été trop important...


L'Aventure Apple est un site indépendant d'Apple Computer. Toutes les marques citées
appartiennent à leurs propriétaires respectifs. © 2000-2017 L'Aventure Apple