Here’s to the crazy ones, dans une icône de Swift

Nous avons déjà eu l’occasion de parler de la campagne de publicité Think Different et de son texte Here’s to the crazy ones. Apple n’a jamais oublié cette déclaration refondatrice de l’entreprise au retour de Steve Jobs : après l’avoir intégrée dans l’icône de TextEdit, elle l’a plus récemment ajoutée sous forme de clin d’oeil dans l’icône des documents Swift, son langage de développement présenté en 1994.

Comme l’avait remarqué le site 9to5Mac, l’icône des fichiers Swift contient une version « swiftée » du texte, reprenant ses principaux éléments : misfits, rebels et troubleMakers deviennent des variables, qui sont respectivement citées, glorifiées ou dénigrées à l’aide des fonctions du même nom…

Swift file icon

L’effet Génie du Dock au ralenti, même sous High Sierra

L’effet Génie du Dock, tout le monde connaît : c’est cet effet visuel qui est appliqué aux fenêtres quand on les envoie dans le Dock. Elles semblent comme aspirées, en rapetissant durant leur déplacement.

Mac OS X Dock Slow Genie Effect

Pour en profiter au ralenti, il suffit d’appuyer sur la touche Majuscule du clavier, tout en cliquant sur la case jaune en haut à gauche de la fenêtre. Cette astuce fonctionnait sur toutes les versions de Mac OS X, avant MacOS X 10.13 « High Sierra », qui a désactivé par défaut cette fonctionnalité. Heureusement, une simple ligne dans le Terminal permet de la réactiver. On est sauvés !

defaults write com.apple.dock slow-motion-allowed -bool YES && killall Dock

Pourquoi Apple a-t-elle désactivé cette fonction sans conséquence ? Peut-être tout simplement parce qu’il s’agit de l’une des dernières actions « bloquantes » de Mac OS X. Pendant toute la durée de l’effet, le curseur se transforme en roue multicolore, et l’interface est bloquée. Impossible de faire quoi que ce soit, même dans une autre application, un comportement auquel Apple fait la chasse (souvenez-vous du Système 6, où l’impression d’un document interdisait toute autre utilisation de l’ordinateur, et du Système 7, où un simple dialogue d’enregistrement paralysait les autres applications…).
Slow genie effect

Astuce – Des raccourcis dans le Dock

Sous MacOS 8 ou MacOS 9, il était aisé d’ajouter de raccourcis dans le menu Pomme, pour garder ses applications ou ses fichiers préférés à portée de clic. Rien de tel en revanche sur Mac OS X. Il faut alors utiliser le Dock.

Raccourcis dans le Dock de Mac OS X

Il vous suffit de créer un nouveau dossier, et d’y glisser des alias (raccourcis) de vos applications préférées, puis de glisser ce dossier sur le Dock, où l’icône du dossier apparaît. Il vous suffira ensuite de cliquer une seconde dessus pour faire apparaître un menu avec la liste de vos raccourcis.

Cette astuce avait été publiée dans la revue A Vos Mac en 2002

L’écran du Macintosh, sur un iMac Retina 5K

Et si l’on devait afficher l’interface du premier Macintosh, en 512 x 342 pixels, au milieu de l’écran Retina de l’iMac 27 pouces, en 5 120 x 2 880 pixels, ça donnerait quoi ? Et bien cela donnerait ceci :

Macintosh 512 x 342 scren on an iMac 27 Retina display

Un minuscule timbre-poste au milieu d’un océan de pixels. C’est bien simple, on pourrait faire tenir 84 écrans du Macintosh sur celui de l’iMac !

Au passage, heureusement qu’il y a GraphicConverter pour ouvrir les copies d’écrans réalisées sur les vieux Macs au format PICT, parce qu’Apple y a renoncé depuis longtemps !

PowerBook : Le pouvoir de sauver le monde

En 1997, la part de marché du Macintosh était toute riquiqui, mais son design était reconnu et apprécié. C’est donc tout naturellement que les machines Apple apparaissaient régulièrement dans des films, pour le  plus grand bonheur des fans de l’époque. Apple elle-même se prêtait au jeu et recyclait ses propres apparitions cinématographiques. Ainsi, durant l’Apple Expo 1997, Porte de Versailles, ce panneau géant accueillait les visiteurs :

Apple Expo 1997 - Independance Day
17 septembre 1997 : c’était il y a 21 ans !

Le Macintosh PowerBook qui a le pouvoir de sauver le monde, c’est évidemment un clin d’oeil au film Independance Day, où le portable d’Apple permet d’injecter un virus dans le grand méchant vaisseau Alien, délivrant la planète d’une invasion dévastatrice… Apple en tirera également une publicité pour la télévision : Si vous n’avez que vingt-huit minutes pour sauver la planète, vous n’avez plus qu’à espérer que vous avez le bon ordinateur !

Les spectateurs le plus attentifs auront d’ailleurs noté que l’ordinateur du film n’est pas un PowerBook 5300 (le plus puissant à l’époque), mais une machine similaire portant la mention « PowerBook XXXX ». Était-ce un prototype prêté par Apple ? Ou bien une manière de ne pas afficher un modèle trop vite démodé ? L’histoire ne le dit pas…

Ce que l’histoire a fini par révéler, en revanche, c’est la manière dont le héros du film, joué par Jeff Goldblum, a réussi à créer en moins d’une demie-heure (trajet en avion compris) un virus capable de pousser un vaisseau alien à l’auto-destruction. Une scène coupée au montage expliquait que Goldblum – pardon, David Levinson – avait déchiffré le langage binaire des extra-terrestres à l’aide des pièces d’un vaisseau récupéré à Roswell… avant tout simplement d’inverser les 0 et les 1 dans le programme binaire de la flotte alien ! Euh… Pourquoi pas. La technologie permettant de connecter le PowerBook au réseau extra-terrestre, en revanche, reste un mystère. L’infrarouge, peut-être ?

Publicité – Il était temps qu’un capitaliste…

Le dimanche, c’est publicité ! Aujourd’hui, une publicité française de 1984 pour le Macintosh. Le slogan « Il était temps qu’un capitaliste fasse une révolution » était une idée originale de l’agence CLM BBDO, la filiale française de l’agence new-yorkaise BBDO (devenue célèbre avec sa campagne « Demain, j’enlève le haut » pour Avenir Publicité quelques années plus tôt).

Publicité pour le Macintosh : il était temps qu'un capitaliste fasse une révolution

Introduction à la programmation sur la famille Macintosh

Dès 1984, les développeurs découvraient doucement la nouvelle gamme Macintosh d’Apple. Pour les accompagner, Apple avait tout prévu, notamment une série de manuels publiés chez Addison-Wesley sous le titre « Inside Macintosh ». Nous publions aujourd’hui quelques extraits de l’un des opus les plus accessibles de cette série : Programmer’s Introduction to the Macintosh Family, que l’on trouve parfois d’occasion par exemple sur Amazon.

Programmer's Introduction to Macintosh

Comme l’indique un schéma au début de l’ouvrage, ce livre s’intégrait au sein de la collection de manuels traitant de tous les aspects de la programmation sur Macintosh. Cette collection s’était agrandie avec le temps, puisqu’elle ne comptait à l’origine que les trois volumes « Inside Macintosh I, II et III » consacrés au Macintosh, au Macintosh XL et au Macintosh 512. Le volume IV était consacré au Macintosh Plus, et le volume V, au Macintosh II.

Programmer's Introduction to Macintosh

Pour ceux qui auraient encore le moindre doute, rappelons que le Macintosh XL, bien que largement intégré à la famille Macintosh par les équipes marketing (comme dans cette brochure pour la famille Apple 32 SuperMicros), se contentait d’émuler le fonctionnement du Macintosh, en restant basé sur une plateforme de Lisa.

Programmer's Introduction to Macintosh

Dans notre version du livre, éditée en 1988, certains tableaux avaient déjà été mis à jour pour intégrer les nouveautés du Macintosh SE et du Macintosh II, comme la connexion ADB ou le processeur 68020.

Programmer's Introduction to Macintosh

Pourquoi développer pour le Macintosh, faisait semblant de se demander la marque à la pomme ? Parmi les nombreuses raisons, comme se positionner à la pointe de la technologie, ou disposer d’une base utilisateur en pleine expansion, Apple vantait la fierté du développeur, face à des applications qui, en plus de présenter une grande cohérence dans leurs interfaces utilisateur, étaient belles !

Programmer's Introduction to Macintosh

La philosophie du Macintosh reposait sur quelques principes très simples : l’utilisateur est le boss ; la compatibilité est la voie de la moindre résistance ; personne ne réinvente la roue. Autrement dit : le Macintosh replaçait l’utilisateur au centre des préoccupations du développeur, il offrait des logiciels compatibles entre-eux (même interface, copier-coller partagé…) pour ne pas rebuter les utilisateurs, et il offrait aux développeurs des outils de développement clé-en-main.

Programmer's Introduction to Macintosh

Une autre nouveauté pour les développeurs consistait à prendre en compte, dès le début de la conception des logiciels, des préoccupations qui étaient habituellement secondaires voire inexistantes. Ainsi, Apple insistait sur :
– la nécessité d’offrir une possibilité d’imprimer (en respectant la règle du WYSIWYG, c’est-à-dire la concordance entre ce qui est affiché à l’écran et ce qui est imprimé) ;
– la possibilité d’annuler la dernière action (le fameux Pomme-Z), une fonction totalement révolutionnaire et qu’il fallait donc intégrer dans le processus de développement ;
– une interface graphique respectant les canons décidés par Apple (avec une barre des menus, des icônes, et la souris, non remplaçable par les touches directionnelles du clavier) ;
– et la traduction de l’interface dans la langue de l’utilisateur, grâce à l’utilisation de textes renseignés dans les ressources du logiciel, et non pas directement intégrés dans le code-source (une fonction déjà offerte par le système du Lisa quelques années plus tôt).

Programmer's Introduction to Macintosh

Les capacités graphiques du Macintosh étaient également largement abordées, comme l’utilisation des fenêtres à l’écran : fenêtre de document, avec ou sans case de redimensionnement ; fenêtre d’accessoire ; fenêtre de dialogue, ou simple case d’affichage avec ou sans ombre.

Programmer's Introduction to Macintosh

Les développeurs découvraient également les concepts liés à l’utilisation des fenêtres : la case de fermeture, la zone de déplacement, et la case de redimensionnement.

Programmer's Introduction to Macintosh

Le manuel consacrait un long chapitre à la présentation de la technologie QuickDraw développée notamment par Bill Atkinson et Andy Hertzfeld. On se souvient que l’affichage de rectangles à coins arrondis était une grande première dans l’histoire de l’informatique…

Programmer's Introduction to Macintosh

Autre capacité inédite de QuickDraw, la possibilité d’appliquer des effets sur une « région », c’est-à-dire une sélection d’image totalement libre, réalisée au moyen de l’outil « Lasso ». Une fois sélectionnée, cette région pouvait être remplie, effacée, inversée… QuickDraw pouvait même comparer deux régions, pour déterminer leurs zones communes. Attention cependant, l’imprimante LaserWriter n’était pas à même d’interpréter ce concept de région !

Programmer's Introduction to Macintosh

Impossible de refermer ce livre sans jeter un coup d’œil à sa couverture cartonnée, cachée sous la jaquette en papier présentée au début de l’article. On y découvre une sympathique illustration représentant le Macintosh SE, le Macintosh II et le Macintosh Plus, dans un style très… QuickDraw !

Programmer's Introduction to Macintosh

35 avantages du Macintosh (5)

Après les épisodes 12, 3 et 4, voici une dernière série d’extraits de la brochure « 35 Macintosh advantages », diffusée par Apple en 1993, qui nous a accompagnés cette semaine.

Après avoir longuement parlé du système et des applications, Apple passait encore un peu de temps à nous vanter les avantages du Macintosh sur les PC équipés de Windows 3. Au passage, la pomme se permettait de se payer la poire d’IBM, qui avait confié à une petite équipe le développement du PC, sans même disposer d’un système d’exploitation, qu’elle avait dû acquérir auprès d’une minuscule entreprise appelée Microsoft, qui elle-même était allé acheter un système nommé QDOS (acronyme dont on dit qu’il signifiait Quick and Dirty Operating System, que l’on traduirait par Système d’exploitation vite fait, mal fait…).

35 Macintosh Advantages Apple 1993

Après quelques paragraphes liés à l’évolutivité du Macintosh (si, si !) ou à la compatibilité des Macs entre eux, Apple expliquait comment un Mac disposait de six fois plus d’espace libre sur son disque dur, qu’un PC équipé des mêmes logiciels.

35 Macintosh Advantages Apple 1993

Et puis les Macs étaient beaucoup plus puissants que les PC du marché. Jugez plutôt sur ce diagramme, qui nous rappelle les plus belles heures de la guerre entre les PowerPC et les Pentium. À l’époque, on se contentait des 68040 de chez Motorola, auxquels Intel opposait ses 80486. Les tests consistaient à mesurer les temps nécessaires à diverses opérations dans des applications réelles, comme Word, Excel, PageMaker ou Illustrator.

35 Macintosh Advantages Apple 1993

Et tout ça, bien évidemment, pour moins cher, puisque le PC nécessitait de nombreuses et coûteuses options pour être aussi polyvalent que le Macintosh. Ainsi, le Gartner Group évaluait que sur une durée de cinq ans, en incluant le coût des logiciels, de la maintenance, et de l’apprentissage des logiciels, un Macintosh coûtait 24.824 dollars, contre 29.453 pour un PC sous Windows, et 35.233 pour un PC sous DOS. Ça faisait cher quand-même…

35 Macintosh Advantages Apple 1993

Cette fois-ci, c’est fini !

35 avantages du Macintosh (4)

Après les épisodes 12, et 3, voici une nouvelle série d’extraits de la brochure « 35 Macintosh advantages », diffusée par Apple en 1993, qui nous accompagne cette semaine.

Plusieurs pages de cette brochure étaient consacrées à la simplicité de la gestion des fichiers et des applications, là où Windows était encore assez tatillon…

35 Macintosh Advantages Apple 1993

35 Macintosh Advantages Apple 1993

Tant qu’on était dans le sujet, Apple en profitait pour en remettre une couche sur l’installation et la désinstallation des logiciels. En oubliant de préciser que les fichiers installés dans le « Dossier Système » étaient parfois particulièrement pénibles à identifier et à supprimer…


35 Macintosh Advantages Apple 1993

En vingt-cinquième position, arrivait l’argument-massue. Franchement, vous vous souvenez vraiment que votre Macintosh de 1993 était compatible avec DOS, vous ? Même si on pouvait lire des disquettes formatées pour DOS grâce à l’extension « Échange PC/Macintosh », la plupart des formats de fichiers étaient totalement incompatibles. Même les fichiers en texte simple étaient codés avec des formats différents. Le PDF et le JPEG étaient totalement inconnus, puisqu’inventés l’année précédente !

35 Macintosh Advantages Apple 1993
Allez, la suite demain !
[tous les épisodes :  12, 34, et 5]

35 avantages du Macintosh (3)

Après les épisodes 1 et 2, voici une nouvelle série d’extraits de la brochure « 35 Macintosh advantages », diffusée par Apple en 1993, qui nous accompagne cette semaine.

Dans ce document comparant le Macintosh aux « compatibles-PC équipés de Windows », Apple cherchait parfois la petite bête, comme dans cette comparaison des étapes à suivre pour renommer un fichier. Apple oublie de préciser qu’il fallait aussi cliquer une première fois sur le fichier, attendre que le nom soit sélectionné, puis le dé-selectionner avant de re-sélectionner la lettre à changer… Une manière de faire tellement déroutante que même Mac OS a fini par disposer d’un menu « Renommer »…

35 Macintosh Advantages Apple 1993

Un autre aspect du système qui était plutôt sympa chez Apple était sa capacité à ne pas exiger d’extension au bout des noms de fichiers. Chaque fichier se souvenait de son type et de l’application l’ayant créé (au moyen d’un code créateur qu’il était possible — mais compliqué — de modifier). Apple a finalement renoncé à ce fonctionnement lors du passage à Mac OS X, et les extensions sont maintenant monnaie courante.

35 Macintosh Advantages Apple 1993

Après ces comparaisons logicielles, venait le moment de comparer les logithèques respectives du Mac et de Windows. Croyez-le ou non, à l’époque, il y avait plus de programmes pour le Mac ! On imagine que le calcul ne prenait pas en compte les applications pour DOS, bien plus nombreuses…

35 Macintosh Advantages Apple 1993

Tout cela, sans même parler de l’incohérence des applications Windows, qui utilisaient des raccourcis-claviers différents…

35 Macintosh Advantages Apple 1993

Allez, la suite demain !
[tous les épisodes :  12, 34, et 5]