Publicité – PowerBook 190

Avouez que celle-ci, il fallait l’oser. Comparer le prix d’un PowerBook de juin 1996 et le coût des 100.000 pages de texte que son disque dur pouvait contenir ! Apple précisait même la méthode de calcul : 200 ramettes de papier à 39,80 F l’unité, et 12 crayons à 3,50 F… Pour parvenir à ce résultat, Apple avait tout de même dû réduire de 20% le prix de son portable, au cours d’une opération promotionnelle.

Publicité pour le PowerBook 190 : aujourd'hui moins cher que d'utiliser du papier et des crayons

La Porsche d’Apple

Apple n’a jamais été très impliquée dans le domaine du sponsoring. On a bien vu une montgolfière par-ci, une diffusion de film par-là, mais globalement, la marque s’implique moins que d’autres géants dans ce mode de communication.

Une exception notable a été le parrainage d’une voiture ayant participé aux 24 heures du Mans, une Porsche 935 pour être précis. Le 14 juin 1980, ce bolide prenait le départ de la course mythique pour la seconde fois de son histoire : elle avait remporté la seconde place l’année précédente, sous le numéro 70, sans le sponsoring d’Apple, mais avec l’acteur Paul Newman au volant. Cette seconde édition fut moins brillante puisqu’elle s’acheva sur un abandon à la onzième heure.

La Porsche 935 d'Apple
Photo Archives ACO : La Porsche 935 n°71 aux couleurs d’Apple
La Porsche 935 d'Apple à Daytona
Image : autotest.fr

La Porsche 935 d'Apple sur Dedeporsche.com

La Porsche 935 d'Apple

Cette Porsche 935 s’est ensuite illustrée en remportant en 1981 les 24 heures de Daytona et les 12 Heures du Sebring deux ans plus tard. En 2006, un collectionneur a décidé de la restaurer dans son état d’origine (donc sans le sponsoring d’Apple). Proposée aux enchères en Californie, elle a été vendue en août 2016 pour 4 840 000 dollars (environ 4 280 000 euros). A défaut de pouvoir acheter la vraie, vous pourrez toujours vous offrir un modèle réduit sur eBay

Miniature de Porsche 935 d'Apple sur eBay

Sources : Lemans.org ; Motorlegend.com ; Autotest.fr ; Dedeporsche

La gamme Apple en 1984

Impressionnant exercice d’équilibriste dans cette double-page du « Livret de l’employé » édité par la filiale anglaise d’Apple en 1984. Côte à côté, on y trouve l’Apple IIe (dont tout le monde sait bien qu’il est technologiquement dépassé), l’Apple III (dont la chaîne de production vient d’être arrêtée), le Lisa 2 (un correctif du Lisa visant à le rapprocher de la gamme Macintosh) et le Macintosh (dont la quantité de mémoire vive est notablement sous-dimensionnée).

La gamme Apple en avril 1984

Bref, en cette année 1984, bien malin qui aurait pu prédire lequel de ces quatre modèles allait s’imposer définitivement au sein de l’entreprise et auprès du public ! Le rédacteur de la brochure lui-même ne s’y risque pas…

Bon anniversaire le G4 Cube !

Le 19 juillet 2000, Apple présentait le PowerMac G4 Cube, un PowerMac G4 complet, dans un cube  de 8 pouces de côté, soit 20 cm. Non seulement cet ordinateur était vraiment tout petit pour l’époque, mais il était également dépourvu de ventilateur, ce qui le rendait particulièrement silencieux. Pour accéder aux composants internes, il suffisait de tirer une poignée et d’extraire tout l’ordinateur de son boîtier.

PowerMac G4 Cube

Le PowerMac G4 Cube, aussi beau, compact et silencieux qu’il était, ne trouva jamais vraiment son public. Il n’était pas plus rapide que le PowerMacintosh G4, mais il était vendu plus cher ! De plus, les premiers clients rapportèrent l’apparition de fissures sur la coque en plexiglas, particulièrement regrettable sur un ordinateur vendu avant tout pour son design. Pour gagner en compacité, Apple avait également extrait l’alimentation qui ajoutait un boîtier d’une taille conséquente à poser près du bureau.

Vous méritez une promotion

Aujourd’hui, nous vous présentons un bon de réduction valable jusqu’à Noël 1982 dans le réseau de revendeurs Apple en Grande-Bretagne. Pour une fois, nous avons affaire à un jeu de mot qui marche aussi bien en anglais qu’en français : You deserve a promotion / Vous méritez une promotion. Ce n’est pas toujours aussi simple de traduire un jeu de mot… On remarque par ailleurs sur la première page la montgolfière Apple et la Porsche 935 des 24H du Mans 1980.

Apple : you deserve a promotion

Au verso, l’utilisateur découvrait ses trois bons de réduction : 200 livres pour un Apple II accompagné du lecteur de disquettes Disk II ; 50 livres pour l’achat d’un second lecteur de disquettes ; et autant pour un pack composé d’Apple Writer II, de Business Graphics II et de la carte Apple Langage Card qui offrait 16 Ko de mémoire vive, une ROM améliorée et un BASIC amélioré.

Apple : you deserve a promotion

La naissance d’Apple, selon Apple

Depuis quelques années, la naissance d’Apple a donné lieu à des livres, des films et des séries, et peu de mystères demeurent à ce sujet. À une époque plus reculée, quand Apple ne faisait pas l’objet de l’attention de tous les médias, il fallait fouiller un peu pour trouver des documents internes abordant la naissance de la marque.

L’un des plus vieux documents de notre collection abordant la naissance d’Apple, est une publication de SEEDRIN, « Bienvenue chez Apple », distribuée au printemps 1983 à destination des nouveaux clients de la marque. On y trouve un historique très détaillé, qui raconte notamment le choix du nom « Apple ». On adore la photo de Steve Jobs en moustache et en gilet de peau de bête, avec Steve Wozniak et ses lunettes à verres fumés.

Historique Apple 1983

Dans cet « Employee Handbook » ou livret de l’employé, imprimé en janvier 1984 par la filiale anglaise d’Apple, on découvre un historique complet, de 1976 à 1981. Tous les espoirs de la marque reposent alors sur l’Apple III…

Historique Apple 1984

Historique Apple 1984

Dans le manuel de l’Apple IIc, édité en 1984, on en apprend également un peu plus sur le logo Apple et sur l’Apple I, qui se négociait à l’époque entre 10.000 et 20.000 euros, une broutille !

Historique Apple dans le manuel de l'Apple IIc en 1984

Dans « Le monde des développeurs Apple » de septembre 1987, un historique revient sur les (très) grandes lignes de la marque, de son origine jusqu’au lancement du Macintosh II et du Macintosh SE en 1987.

Historique Apple en 1987

Remarquez que ces historiques officiels confirment quelques éléments parfois discutés, comme la vente du minibus Volkswagen par Steve Jobs, et d’une calculatrice programmable par Steve Wozniak ; ou encore l’origine peu glamour du nom Apple, choisi par défaut faute de meilleure idée. Mike Markkula, qui fut le premier investisseur à croire dans l’avenir de la marque, est également mis à l’honneur par ces publications.

Aqua sur les ruines de Platinum

Les développeurs qui ont vécu la transition de Mac OS 9 à Mac OS X ont pu utiliser l’interface Aqua bien avant le commun des mortels. Si les premières version DP (pour Developper Preview) de Mac OS X affichaient encore en 1999 une interface proche de celle de Mac OS 9, connue sous le nom de Platinum, la troisième version présentée par Steve Jobs le 5 janvier 2000 inaugurait la nouvelle interface toute en rondeur, en rayures, en couleurs et en transparence.

Mac OS X DP 3 - Interface Aqua

Pourtant, tout n’était pas encore parfait. Sans même parler des icônes carrées du Dock ou de cette pomme inutilement placée au milieu de la barre des menus, on pouvait encore croiser quelques traces de l’interface Platinum, comme cette icône représentant une main actionnant le bouton de réduction de la fenêtre.

Mac OS X DP 3 - Interface Aqua

La DP4, sortie quelques mois plus tard, avait commencé à mettre de l’ordre dans la barre des menus, notamment en normalisant l’utilisation du menu portant le nom de l’application (un usage qui est toujours en vigueur), mais sans toucher à la pomme. Le Dock avait déjà pris l’apparence qu’il gardera ensuite, mais quelques éléments d’interface restaient à corriger, comme cette fenêtre « À propos de la calculatrice » directement héritée de la DP1.

Mac OS X DP 4 - Interface Aqua

Publicité – La Pomme d’Or (Tentation)

Le dimanche, c’est publicité ! La semaine dernière, nous vous présentions une publicité de 1993 pour les Trophées Apple, qui récompensaient des développeurs de logiciels pour Macintosh. Dix ans plus tôt, paraissait la publicité que nous reproduisons aujourd’hui, sur le même thème.

La pomme d'or - trophée des développeurs

À l’époque, en 1983, on ne parlait pas encore de Trophées Apple, mais de Pomme d’Or, « reconnue comme le Goncourt des auteurs de logiciels », rien de moins ! La récompense était alléchante, puisqu’il s’agissait d’un Lisa « et sa souris » — imaginerait-on aujourd’hui promettre un iMac « et sa souris » ? Remarquez également l’adresse de réponse du concours : Apple éducation, à l’attention de Jean-Louis Gassée en personne !

La fonction d’auto-réparation d’Office 98

Parmi les fonctions vraiment innovantes d’Office 98, l’une des plus utiles était le système de réinstallation automatique. Disons que vous avez subi une panne de disque dur, ou que vous avez été obligé de procéder à une réinstallation de votre système. Ou simplement que vous avez un peu bricolé dans votre système pour une raison quelconque. Avec les versions 5 et 6 des logiciels Microsoft, c’était la catastrophe assurée. Chaque logiciel exigeait la présence de nombreuses extensions dans le Dossier Système. Qu’une seule vienne à manquer, et le logiciel refusait de se lancer.

Blocage du démarrage d'Excel faute d'extension MicrosoftDialogLib

 

Blocage du démarrage de Word 6 faute d'extension Microsoft_OLE2

Avec Office 98, tout était plus simple : contrairement à ses prédécesseurs (et à la plupart des logiciels sérieux sur Mac), Office acceptait de démarrer même en l’absence d’éléments indispensables à son fonctionnement (extensions, police de caractères, préférences…). Mieux : il les réinstallait lui-même ! Autant dire que cette fonction a ravi toute une génération de pirates…

Réparation automatique de Microsoft Office 98 sur Mac

La présentation du Macintosh par SEEDRIN (7)

Ce matin, nous vous présentons une brochure spécifique à la France, éditée par SEEDRIN, la filiale française d’Apple. Elle fait partie d’une série de brochures A4 recto-verso publiées à l’occasion de la sortie du Macintosh, pour présenter cet ordinateur, son système, son matériel et ses logiciels. Elles vont nous accompagner quelques jours… Après le matérielle Système, puis les extensions et la compatibilitéMacWriteMacPaint, et les outils de développement, voici Microsoft Multiplan et Microsoft Chart, qui n’avaient pas encore fusionné pour devenir Microsoft Excel. Et cette fois, c’est fini !

Brochure Macintosh SEEDRIN : Microsoft Multiplan

Brochure Macintosh SEEDRIN : Microsoft Multiplan

Brochure Macintosh SEEDRIN : Microsoft Chart

Brochure Macintosh SEEDRIN : Microsoft Chart