L'Aventure Apple



Chronologies : 1976 - 1981



    Tout d'abord, un petit rappel de ce qu'était le monde en ce temps là...

Le premier ordinateur digne de ce nom, il y a cinquante ans, était une monstrueuse machine qui couvrait une surface de 135 mètres carrés, pesait 30 tonnes, et fonctionnait avec 18.000 tubes à vide (l'ancêtre du transistor). Cela permettait d'additionner 5000 nombres de 10 chiffres à la seconde. Son nom était l'Eniac, on était en 1946... Maintenant, il aurait l'utilité d'une calculatrice à 4 opérations...

Deux ans après, lui succède le Mark 1, sur les plans de John von Neumann, et avec la participation d'Alan Turing. Le Mark 1 fonctionne comme l'Eniac, grâce à un dispositif de tubes électroniques, mais en langage binaire : un code mathématique qui permet d'exprimer tout problème logique sous forme d'une série de 0 et de 1. Cela permet au Mark 1 de bénéficier d'un fonctionnement plus simple et plus rapide que celui de l'Eniac, mais il continue de consommer beaucoup de courant et d'occuper beaucoup d'espace.

En 1948, la vraie solution est en fait déjà trouvée : William Shockley, John Bardeen et Walter Brattain, des laboratoires Bell, tiennent l'invention du siècle : le transistor. Ce modeste objet de quelques centimètres carrés est composé de trois couches de matériaux semi-conducteurs. Ceux-ci peuvent jouer le rôle, tour à tour, d'isolants ou alors de conducteurs. Tout dépend par où on fait entrer le courant. Il joue donc le même rôle que les lampes, mais avec une consommation électrique plus faible et un encombrement extrêmement réduit.

Sans entrer trop en avant dans les détails techniques, le transistor utilisé aujourd'hui n'est pas tout à fait le même que celui-là : ce transistor appelé "bipolaire" se prête mal à la réalisation de circuits imprimés. Il a donc fallu en inventer un autre type : il est en forme de sandwich métal/oxyde/silicium, et son nom est MOS. Les porteurs de courant dans ce semi-conducteur sont positifs (P-MOS). On a ensuite utilisé des porteurs de courant négatifs (N-MOS), puis enfin les deux variétés (C-Mos pour MOS complémentaire), ce qui donne des circuits à très faible consommation.

Pourtant, les informaticiens attendront 10 ans avant de se jeter sur cette invention. Le premier circuit imprimé voit le jour en 1958 chez Texas Instrument. Il est l'oeuvre de Jack Kilby. Pour la première fois, plusieurs transistors sont montés ensemble sur un même support électronique. La course à la miniaturisation débute alors. L'intérêt de la miniaturisation est de permettre à l'ordinateur d'effectuer plus d'opérations en même temps. A chaque fois que l'on double le nombre de transistors sur une surface donnée, on double la rapidité de calculs. Alors qu'en 1960, un transistor occupe 1 mm2 de silicium, la société Intel réussit en 1971 à en faire tenir 2250 sur 60 mm2, sous le nom de "4004". Le premier microprocesseur de l'histoire mérite bien son surnom de "puce". Ce montage minuscule est capable d'effectuer 60.000 opérations à la seconde. Depuis, ce nombre double environ tous les 18 mois : c'est la loi de Moore. Par exemple, un PowerPC G4, sorti fin 1999, est capable d'effectuer 1 milliard d'opérations chaque seconde !

Le premier micro-ordinateur à mériter ce nom est une invention française : le Micral, qui a vu le jour fin 1972. En 1975, c'est l'Altair qui voit le jour, avec ses 256 octets de mémoire vive. Vendu en kit au prix incroyable de 395 dollars (ou 498 assemblé), il était équipé du nouveau processeur 8080 d'Intel. MITS, son fabricant, en vendra 400 le jour de son lancement, alors qu'il n'espérait pas en vendre autant en un mois ! Pourtant, l'Altair n'a ni clavier ni écran et ne peut pas en recevoir : il faut entrer les programmes en agissant sur des interrupteurs, et le résultat s'affiche avec 8 ou 16 diodes ! Mais l'histoire a vite oublié ces premières machines, pour ne retenir qu'un nom : Apple.

 

La naissance d'Apple

On avait maintenant les microprocesseurs. Restait à créer des machines capables d'en tirer parti. Parmi les toutes première à se lancer dans l'aventure, se trouve une entreprise créée par deux bricoleurs californiens, Steve Jobs (21 ans à l'époque) et Steve Wozniak (26 ans), dans le garage de la famille Jobs, en Californie. A l'époque, Jobs travaillait chez Atari, le géant des bornes d'arcade, Wozniak était employé chez Hewlett-Packard, grand fabricant de calculatrices. Les deux amis se connaissaient depuis longtemps : Wozniak avait par exemple aidé Jobs lors de la programmation chez Atari du jeu Breakout.

Depuis longtemps, Wozniak rêvait de créer son propre ordinateur et avait déjà dessiné plusieurs circuits de carte-mère. Il avait même créé un interpréteur BASIC et un compileur Fortran pour ses machines, alors qu'il n'en avait pas construit ! Le problème était le prix des composants : le processeur 8080 d'Intel coûtait 179 dollars à lui tout seul ! Alors que le monde de l'électronique ne jure déjà plus que par ce processeur, Wozniak décide de ne pas l'utiliser... C'est Allen Baum, un ami de Steve Wozniak qui découvrira la perle rare : le processeur 6502 de MOS Technology, vendu pour seulement 25 dollars. Ce processeur avait en plus l'avantage d'être très proche du processeur 6800 de Motorola, que Wozniak avait rêvé d'utiliser dans ses ordinateurs. Ainsi, tous ses plans ne nécessitaient plus que de légères adaptations pour utiliser le 6502.

Un troisième homme assista à la naissance d'Apple : il s'agit de Ronald Gerald Wayne. C'est en quelques sortes l'équivalent du "cinquième Beatles" chez Apple. Employé d'Atari avec Steve Jobs, il rejoint Apple à la demande de ce dernier, pour servir d'arbitre en cas de désaccords entre lui-même et Steve Wozniak. Peu confiant dans l'avenir d'Apple, Wayne garde son travail chez Atari, où il travaille le jour, et passe ses nuits à créer les documentations de l'Apple et le logo de la firme. Wayne reçu 10 % du capital d'Apple, mais il s'en débarrassa deux semaines plus tard, pour 800 dollars...

Pour rendre sa machine plus facile à utiliser, Wozniak préféra inclure un gestionnaire de clavier plutôt que d'utiliser des interrupteurs. De même, la carte-mère était équipée pour utiliser un écran de télévision pour afficher des informations, plutôt qu'une série de diodes. La simplicité ne s'arrêtait pas là : dès son lancement, la machine était capable de repérer le clavier et de mettre en place le système, alors qu'il fallait faire tout cela "à la main" avec l'Altair. L'Apple possédait également un port pour brancher des périphériques, mais aucun périphérique n'était disponible lors de sa sortie... Pour financer sa production, Jobs vend son minibus VolksWagen et Wozniak sa calculatrice programmable, gagnant ainsi 1350 dollars. Leur première commande provient du Magasin Byte, grâce à Paul Jay Terrell, employé du magasin et rencontré par Jobs au HomeBrew Computer Club. Avec cet argent (et un crédit de 5.000 dollars), ils purent fournir au magasin Byte 50 exemplaires de la machine : une commande de 25.000 dollars. La seule condition posée par Byte à l'achat du stock était que les machines soient complètement assemblées. En tout, seuls 200 exemplaires seront distribués. Le prix de vente de 666,66 dollars est expliqué par Steve Jobs par le chiffre de la perfection (7) auquel ils ont soustrait 1. Steve Jobs souhaitait effectivement vendre la machine 777 dollars mais Wozniak l'a décidé à baisser le prix. La première publicité pour Apple paraît dans quelques revues d'électronique.

Sur les 200 Apple produits, 175 seront vendus dans les 10 premiers mois. Sur les 666,66 dollars, le vendeur faisait une marge de 33 %, et Wozniak et Jobs faisaient un bénéfice de 50% sur ce qui restait.

Les raisons du choix du nom "Apple" restent encore très obscures... Plusieurs hypothèses sont avancées :
- L'officielle : Steve Wozniak mangeait une pomme, le jour où lui et Jobs devaient déposer un nom pour leur entreprise. Jobs avait donc décidé que s'ils n'avaient pas de meilleure idée avant l'heure fatidique, leur entreprise s'appellerait Apple. Et l'heure venue, Steve déposa le brevet sous le nom d'Apple...
- La "Hippie" : les deux bricoleurs désargentés étaient obligés de se nourrir de pommes, et c'est de là que le nom vient...
- La "baba-cool" : L'idée de nommer sa boite "Apple" serait venue à Steve Jobs pendant le visite d'une ferme dans l'Oregon.
- L'arc-en-ciel : la pomme croquée serait un hommage à Alan Turing, mathématicien condamné à la castration chimique pour cause d'homosexualité, et qui s'est suicidé plutôt que de subir sa peine.
- La philosophique : Un représentant d'Apple dira plus tard que la pomme bariolée était le symbole du désir et du savoir, dans lequel on mord ; elle porte toutes les couleurs de l'arc-en-ciel, dans le désordre. Cette pomme, dira-t-il, est la combinaison du désir, de la connaissance, de l'espoir et de l'anarchie.
- Encore une autre : Le nom "Apple" viendrait tout simplement du nom d'un album de Beatles.
- Selon certains, ce serait un symbole satanique...
- Une dernière : selon Steve Jobs, la pomme est le fruit parfait, car il est nutritif, beau et résistant...

 

La guerre des Etoiles

L'Apple, aussi simple à utiliser qu'il fut, avait un gros défaut : il fallait entrer 3000 caractères pour mettre en place l'interpréteur Basic, à chaque démarrage. Wozniak qui connaissait le code par coeur, était lui-même obligé d'y passer 20 minutes. C'est sous la pression de Paul Terrell, le directeur du magasin Byte, que Wozniak décida de créer un adaptateur de lecteur de cassettes pour l'Apple 1. Pour 75 dollars, l'utilisateur recevait une carte pour connecter un lecteur de cassettes à l'ordinateur, ainsi qu'une cassette contenant les 3000 caractères de Basic. L'idée, très intéressante, se révélera être en partie un échec, car seuls les magnétophones de très grande qualité (et donc très chers) donnaient un signal assez clair pour être utilisé par l'ordinateur...

Pendant ce temps, le magasin Byte passait un accord avec un ébéniste de la Silicon Valley afin de créer un boîtier pour l'Apple, tout en bois, afin que cet ordinateur ne soit plus simplement une carte...

L'Apple est présenté pour la première fois dans un grand salon électronique par Stan Veit, directeur du premier magasin d'informatique de la côte Est. Cette présentation est l'occasion d'un grand étonnement : les visiteurs sont persuadés qu'un ordinateur ne peut pas tenir dans une boite aussi petite, et cherchent des câbles dissimulés qui relieraient l'Apple à un vrai ordinateur caché...

Alors que l'Apple continue de se vendre doucement, Stephen Wozniak est déjà en train de travailler sur l'Apple II. Pour améliorer l'Apple 1, il imagine un écran en couleurs, une mémoire vidéo inclue dans la mémoire vive pour accélérer l'affichage... Pour Wozniak, c'est le travail qu'il a réalisé pour le jeu Breakout qui sert de base à ses raisonnements : tout d'abord, ajouter la couleur dans le basic, puis ajouter le son, puis créer des paddles pour jouer... Toutes ces fonctions qui feront le succès de l'Apple II n'ont en fait été créées que dans le but de créer une version Apple de Breakout !

Wozniak et Jobs s'opposèrent sur un point : Wozniak voulait inclure 8 baies d'extension dans l'Apple II, tandis que Steve Jobs ne voyait pas l'intérêt d'en inclure plus de 2 : une pour le modem et une pour l'imprimante. Wozniak était persuadé que les informaticiens trouveraient de toute façon un usage aux 8 slots !

Le patron d'Apple à cette époque était Mike Markkula, et son aide pour le lancement de l'Apple II fut très importante pour l'avenir d'Apple. C'est d'ailleurs sûrement le succès de cette machine (près de 2 millions d'exemplaires vendus dans le monde) qui a poussé IBM à s'investir sur ce marché avec son PC (Personnal Computer) lancé en 1981 : ce PC était une machine professionnelle, alors que l'Apple II visait autant le marché professionnel que le marché des particuliers. La conception du PC était largement inspirée de celle de l'Apple II, et finalement il fera vaciller la suprématie de ce dernier.

Steve Wozniak se fiait uniquement à son intuition quand il concevait ses machines. L'Apple II possédait 4 Ko de RAM (pouvant être étendus à 48 Ko), et ses programmes étaient stockés sur cassettes. Et avec l'affichage en couleurs, le bombardement d'astéroïdes ou la chasse aux mille-pattes dans les labyrinthes n'en était que plus amusants. En dépit de son origine un peu frivole, l'idée de l'affichage vidéo en couleurs se révéla payante : c'est cet ordinateur que les parents achetèrent pour aider à l'éducation de leurs enfants. Outre son génie pour concevoir un matériel attrayant, Wozniak déployait des trésors d'astuce afin de maintenir les prix les plus bas. Il était bricoleur dans l'âme, et il ne pouvait concevoir qu'on dépense de l'argent dans l'achat de composants ; c'est aussi par habitude qu'il réduisit au minimum le nombre de puces sur l'Apple II. Résultat : l'ordinateur était suffisamment bon marché pour que le consommateur moyen puisse l'acheter.

Le rôle de Jobs fut encore plus subtil : pour transformer l'Apple II en produit de consommation de masse, il décida de cacher le réseau des circuits électroniques dans un innocent boîtier en plastique, donnant un aspect relativement banal à l'Apple II. Ce boîtier fut dessiné par Jerry Mannock, tandis que Rod Holt mettait au point l'alimentation de l'Apple II.

Un autre élément intéressant de l'Apple II était son désassembleur : ce petit logiciel permettait à n'importe qui de connaître les commandes que les logiciels envoient au processeur. Ainsi, les connaissances informatiques étaient partagées et totalement libres, comme le souhaitaient les membres du HomeBrew Club.

En avril 77, l'Apple ][ est présenté pour la première fois au public, lors de la First West Coat Computer Fair. Les derniers problèmes ont été réglés à la dernière minute : les boîtiers ont été renvoyés au constructeur suite à des défauts, un problème d'électricité statique bloquait l'interface du clavier après 20 minutes, et Chris Espinosa et Randy Wigginton, deux étudiants et employés d'Apple furent chargés de mettre au point des programmes de démonstration des capacités sonores et graphiques de l'Apple II. Pour cette première présentation, Apple abandonne son ancien logo (Newton sous son arbre) et charge l'agence Regis McKenna de lui en créer un nouveau. La version initiale du logo fut en fait conçue par Newton lui-même ; mais ce dernier n'ayant pas d'ambition commerciale, Regis McKenna se chargea de diffuser son "produit". Le logo en couleur rappelle que l'Apple II est l'un des premiers ordinateurs capables d'afficher en couleur, tandis que la portion croquée permet d'éviter que le logo ne ressemble à une simple tomate... Pour la reproduction du logo, il aurait été pratique de séparer les couleurs par de fines bandes blanches, mais Steve Jobs s'y opposa. Avec son nouveau logo et ses larges plaques de plexiglas éclairées et marquées du logo, le stand d'Apple semblait plus professionnel que tous les autres ! De plus, le stand d'Apple était l'un des plus proche de l'entrée du salon, et tous les visiteurs le voyaient dès leur arrivée. Malgré cela, la presse ne mentionna même pas la présence d'Apple au salon ! Pourtant, les mois qui suivirent l'exposition virent plusieurs de milliers de commandes arriver chez Apple !

Dès le mois suivant, Apple devient la première entreprise d'informatique à faire de la publicité dans des revues grand public, là où la plupart des constructeurs ne s'intéressent qu'aux revues d'informatique.

Face à l'Apple II, deux ordinateurs voient le jour : le TRS-80 et le Commodore PET. Leur point fort, leur prix (moitié moins que l'Apple II, soit 600 dollars) leur ouvrait un vaste marché. De plus, les systèmes de lecteurs de cassettes de ces deux machines étaient bien meilleurs que ceux de l'Apple II, qui nécessitait beaucoup de précision dans le volume du son et la position de la cassette. Mike Markulla décide donc que la création d'un lecteur de disquettes sera l'objectif principal d'Apple en 78. Steve Wozniak se met donc au travail et analyse la manière dont les autres constructeurs gèrent les disquettes. Wozniak et Randy Wigginton travaillent alors jour et nuit pendant la semaine de Noël pour créer une version fonctionnelle de leur lecteur de disquette avant le Consumer Electronics Show de Las Vegas. A 6h du matin, leur logiciel était enfin prêt et un disque de démonstration était prêt à être utilisé. En voulant en faire une copie de sauvegarde, ils inversent les deux disques et copient le disque vide sur la disquette de démonstration ! Heureusement, il ne leur faudra qu'une heure et demie pour récupérer les informations sur le disque. Après le show, Wozniak continue d'améliorer son lecteur. Deux fois de suite, il se rend compte qu'il peut se passer de composants et il est alors obligé de reprendre entièrement le design du lecteur ! Enfin, en juin 78, le lecteur de disquettes 5" 1/4 est disponible : les premiers exemplaires sont assemblés à la main par deux employés d'Apple !

En juin 79, Apple présente l'Apple II+, disponible avec 16, 32 ou 48 Ko de mémoire vive. La machine connait un énorme succès. Disponible en même temps, la première imprimante d'Apple, appelée Silentype, fait prédire à Michael Scott la fin des machines à écrire... alors même que l'Apple II ne connaît ni les minuscules ni les caractères accentués. Il faudra attendre l'Apple IIe pour bénéficier de ces possibilités (en janvier 83).

Avec l'Apple II, deux logiciels particulièrement intéressants sont apparus : le premier, VisiCalc, est le premier tableur pour micro-ordinateur. Le deuxième, AppleWriter, a été sûrement aussi important pour le succès de la machine. C'est un traitement de texte, très simple d'emploi, mais aussi incroyablement puissant pour l'époque. Il était déjà possible d'éditer des macros, pour automatiser des opérations répétitives. Ce logiciel a été écrit par Paul Lutus, un étudiant très influencé par le milieu hippie et le mouvement Flower Power...

L'Apple II jouissait d'une popularité qui ne cessait pas de grandir, et trois nouveaux ordinateurs étaient en préparation : il s'agissait des modèles Sara, Lisa et Macintosh. A cette même époque, en 1979, Apple cherchait un appui financier (son introduction en bourse ne devait intervenir que l'année suivante) auprès d'une compagnie, si possible bien placée sur le marché de la bureautique.

 

Sara, le remplaçant de l'Apple II

Se rendant bien compte que l'Apple II vivait ses dernières heures, Apple préparait son remplaçant, SARA. L'intérêt principal de cet ordinateur était de minimiser une baisse des bénéfices au cas où les deux autre modèles, Macintosh et surtout Lisa, se feraient attendre. Ce n'était qu'un Apple II amélioré : plus de mémoire (128 Ko extensible à 256) et un lecteur de disquette intégré au boîtier. L'écran haute définition du Sara serait capable d'afficher 80 caractères par lignes, contre 40 pour l'Apple II. Cela lui conférerait un aspect professionnel bénéfique à sa réussite. Et, chose nouvelle, il était capable d'écrire aussi bien en majuscule qu'en minuscule, ce que l'Apple II ne savait pas faire : il fallait se contenter des majuscules.

Les ingénieurs d'Apple avaient envisagé une période de développement très courte : 10 mois en tout. Et c'est en septembre 1980 qu'Apple présente sa machine sous le nom d'Apple III. La machine tournait sous SOS (Sophisticated Operating System) et était équipée du Business Basic. Le système était beaucoup plus performant que celui de l'Apple II, mais la carte-mère de l'Apple III était finalement assez proche de celle des Apple II. Comme à son habitude, Apple avait prévu un lancement en fanfare. Disneyland avait été loué pour une nuit et 20.000 invités y avaient été amenés. L'Apple III ne méritait pourtant pas tout ce battage... Alors qu'une campagne de publicités expliquait tout ce que peut faire un ordinateur, en mentionnant 100 possibilités d'utilisation sur une seule feuille A4, les acquéreurs de la machine se rendirent vite compte qu'ils ne pouvaient pas faire fonctionner tous les programmes conçus pour l'Apple II, même si les deux machines étaient en principe compatibles. De plus, un circuit défectueux provoquait l'arrêt de l'horloge intégrée après seulement trois heures d'utilisation. Le mécontentement de la clientèle se transforma en colère impuissante lorsqu'elle s'aperçut de la fréquence des défaillances du système... Plus grave encore que cela, la conception interne de l'Apple III laissait à désirer... Ainsi, les circuits électroniques se désemboitaient, les puces se déconnectaient de leurs prises, les barrettes de liaison qui n'étaient pas en or pour des raisons d'économie se corrodent et des vis mal placées sectionnaient les fils... Sur les chaînes d'assemblage, tout le monde cherchait à résoudre le problème en tapant avec des marteaux en plastiques sur les machines. Quelques mois plus tard, en novembre 1981, Apple sort une nouvelle version de l'Apple III, après correction des bugs. La campagne de publicité qui l'accompagne est axée autour du slogan "Allow me to reintroduce myself" (Permettez-moi de me présenter à nouveau). Finalement, Apple se décida à en interrompre la production, avant de revoir la conception de la machine qui ressortit en décembre 1983 sous le nom d'Apple III+, mais ne put jamais faire oublier ses mauvais débuts. En tout, la société ne réussit à vendre que 65.000 unités de l'Apple III, avant de se décider à le retirer définitivement du marché, en avril 1984.


L'Aventure Apple est un site indépendant d'Apple Computer. Toutes les marques citées
appartiennent à leurs propriétaires respectifs. © 2000-2017 L'Aventure Apple