L'Aventure Apple



Flops : Copland



Dès 1987, Apple commence à travailler sur son futur système d'exploitation. En effet, le système du Macintosh est agréable et très innovant, mais il n'est pas assez professionnel : pas de mémoire protégée, pas de multitâche... Si Apple veut séduire un large public de professionnel, il ne faut pas qu'elle se repose sur ses lauriers, il faut commencer à bosser ! Pour faire un système de bonne qualité, il faut reprendre le travail entièrement, et non plus simplement améliorer une version précédente.
Le premier projet, baptisé Ping, en 1987, est repris par Taligent, la division Logiciels créée par Apple et IBM. Le projet sera abandonné en 1995. Mais, dès 1991, c'est un autre projet qui occupe le devant de la scène : Copland. Ce projet est très ambitieux : il s'agit de créer un système entièrement nouveau, tant au niveau de l'interface utilisateur que dans ses bases. Le système doit être capable d'offrir la mémoire protégée et le multitâche préemptif tout en restant compatible avec toutes les applications MacOS...

Copland devait offrir une interface très innovante, reposant sur le principe des Thèmes : il était possible de changer toute l'interface en choisissant parmi plusieurs thèmes disponibles. Ainsi, les icones, les menus, les fenêtres, tout ce qui apparaît à l'écran était modifié. Encore plus fort : au démarrage, l'ordinateur chargeait automatiquement la configuration d'interface correspondant à l'utilisateur !


Toutes les images de cette page proviennent du site Ziff-Davis Publishing Company

Apple souhaitait faire de Copland un système indépendant du matériel : les cloneurs pourraient l'inclure sur leurs machines sans avoir besoin de rajouter les Roms d'Apple. Le système offrait en standard une panoplie de technologies nouvelles ou déjà disponibles : QuickDraw GX, OpenDoc, PowerTalk, QuickTime, OpenTransport... Pour profiter des nouvelles possibilités du système, les développeurs étaient obligés de réécrire leurs applications. Le système deviendrait résistant aux plantages: si une application plante, il suffit de faire redémarrer le système, sans bloquer le reste (les copies de fichiers, les extensions, les autres applications continuent de tourner comme si de rien n'était).

Parmi les autres bonnes idées, on retrouvait l'accélération pour PowerMac : 95 % de Copland était directement exploitable par le nouveau processeur PowerPC. Le système devenait capable de gérer des disques durs de 256.000 giga-octets, contre 4 Go pour le Système 7... La mémoire virtuelle, elle aussi, bénéficiait d'une révision complète : elle resterait active tout le temps, afin de permettre aux utilisateurs de petites configurations de faire tourner le plus d'applications possibles, sans ralentir exagérément l'ordinateur.



L'outil de recherche devait être remanié : en plus des traditionnelles fonctions de recherche par titre, il devait être capable de rechercher du texte dans les documents. Il devait également être capable d'enregistrer une requête sous forme d'icone, et la mise à jour des résultats se faisait automatiquement en tâche de fond. Une autre nouveauté était la possibilité d'automatiser de nombreuses opérations grâce aux assistants : vérification du contenu d'un dossier, de courrier, recherche de virus sur un disque dur...



Déjà, plusieurs des innovations des versions suivantes de MacOS étaient présentes :
- MacOS 8 : interface platine, présentation par boutons, menu Aide, réduction des fenêtres, fenêtres-tiroirs, copies multiples
- MacOS 8.5 : nouveaux dialogues d'enregistrement et d'ouverture, gestion des thèmes, icones dans la barre de titres



- MacOS 9 : messages d'alerte sous forme de fenêtres sur fond jaune, configurations utilisateurs multiples
- MacOS X : Boite de compatibilité pour les anciennes applications, multitâche préemptif, gestion de la mémoire virtuelle, mémoire protégée



Le projet était en fait développé sans aucun contrôle : chaque partie du système était confiée à des équipes de développement distinctes qui travaillaient sans se concerter. Résultat : en 1997, Apple a entre les mains pleins de petits bouts de systèmes, quelques bonnes idées, mais rien qui fonctionne vraiment... Gil Amelio annule le projet, qui avait pourtant déjà coûté des millions de dollars, et décide alors qu'Apple ira acheter un système ayant déjà fait ses preuves. Et c'est Next qu'il choisira.


L'Aventure Apple est un site indépendant d'Apple Computer. Toutes les marques citées
appartiennent à leurs propriétaires respectifs. © 2000-2017 L'Aventure Apple