L'Aventure Apple



Flops : Newton



Comment classer Newton ? A-t-il vraiment été un flop ? La première version n'était certes pas vraiment aboutie, mais les versions améliorées ont finalement été de très bonnes machines. Alors pourquoi, classer le Newton dans la catégorie des flops ? Tout d'abord, parce qu'il a été abandonné par Apple, ce qui n'est pas bon signe... Mais aussi parce que toutes les entreprises qui se sont lancées à la suite d'Apple dans ce marché ont, elles, merveilleusement réussi : Palm, Psion...

En 1987, John Sculley décrit l'un de ses rêves : le Knowledge Navigator (Navigateur du Savoir). Son idée prend la forme d'un ordinateur portable, avec un grand écran qui se déplie à la manière d'un livre, et doté de reconnaissance vocale, de connexion sans fil et d'assistants capables de s'exprimer grâce à la synthèse vocale.



Dans le même temps, un ingénieur d'Apple, Steve Sakoman, après avoir travaillé sur les Macs Plus, SE et II, décide de quitter l'entreprise pour fonder sa propre société. Il parle de son projet à Jean-Louis Gassée, qui le dissuade de partir et offre de lui confier un groupe de recherche. Sakoman accepte, à condition qu'Apple le laisse libre de mener son projet comme il le souhaite.

Il rassemble avec lui quelques ingénieurs, parmi lesquels se trouve Steve Capps, qui avait créé le Finder du Macintosh avec Bruce Horn. Tous les membres du groupe de recherche étant libres d'imaginer toutes les améliorations possibles pour le projet, les estimations de prix passent en quelques mois de 2000 à près de 8000 dollars ! Il faut dire qu'avec un écran tactile à matrice active, un système de reconnaissance d'écriture, un port infrarouge et un disque dur, le Newton n'a plus grand chose à voir avec un ordinateur...

Le groupe de recherche Newton bénéficie d'un financement généreux de la part d'Apple, qui réinvestit une grande partie des bénéfices du Macintosh dans le nouveau projet. Peu de gens sachant exactement ce qui se cache réellement sous le nom de code Newton, les critiques sont nombreuses, certains pensant que le projet risquait de faire de l'ombre au Macintosh Portable qui n'allait pas tarder à sortir. Face aux difficultés que pose la direction Apple dans le développement du projet, Steve Sakoman démissionne en 1990, en même temps que Jean-Louis Gassée qui avait permis lancé le projet et qui se trouvait maintenant en mauvais termes avec John Sculley...

L'existence du projet Newton est alors remise en cause. D'autres projets de recherche imaginés par la direction d'Apple se proposent de lancer des produits assez proches du Newton, laissant alors apparaître le risque de concurrence de ce dernier... Pour s'assurer de l'avancement du projet, Sculley demande à Steve Capps de lui présenter un prototype du Newton. Le premier prototype de Newton est en fait un simple écran tactile relié à un Macintosh, qui le dirige à l'aide d'HyperCard ! Sculley découvre alors toutes les possibilités offertes par un tel produit et le compare au Knowledge Navigator qu'il avait imaginé. Il donne alors son autorisation au développement du produit, en laissant 2 ans aux ingénieurs pour mettre au point le Newton.

Les ingénieurs imaginent alors 3 versions du Newton : une tablette de grande taille, un petit assistant de poche et un modèle intermédiaire. Ce dernier est vite abandonné, mais le groupe reste partagé entre le petit et le grand Newton... Pendant ce temps, une autre partie du groupe travaille sur la mise au point du langage de programmation du Newton, un dérivé du C++. Le problème qui se pose alors est que le processeur choisi pour le Newotn, un processeur AT&T, n'est pas adapté à ce nouveau langage. Il est donc décidé de remplacer ce processeur par une nouvelle puce RISC d'ARM, une entreprise anglaise. Et pour clarifier la situation, Sculley décide de faire porter les efforts du groupe sur le petit Newton.

Enfin, les deux années écoulées, Apple présente le Newton à la presse, en mai 1992. Les journalistes sont enthousiasmés par ce petit ordinateur de poche, malgré les défauts qui restent encore à corriger sur le prototype. Pour Apple, la réussite de cette présentation aura quand-même un gros inconvénient : le nombre de concurrents qui annoncent leur intention de se lancer à la suite d'Apple est très impressionnant et ne fait pas l'affaire des ingénieurs...

D'autres problèmes apparaissent rapidement : la reconnaissance d'écriture n'est pas au point, la machine n'est pas assez généreusement équipée pour le nouveau langage et il faut donc réecrire toutes les applications avec un nouveau langage plus simple... Un des ingénieurs du projet Newton, dépassé par la quantité de travail et le manque de temps pour sa vie personnelle, se suicide. Devant les craintes des journalistes, qui ne croient plus à la commercialsiation du Newton, Apple décide d'arrêter tout nouveau développement et de lancer la phase beta-test du projet Newton. Grâce à cette accéleration de dernière minute, Apple réussit à commercialiser le Newton le 2 août 1993, un an plus tard que prévu tout de même.

La première version du Newton souffre de plusieurs défauts. L'écran est trop petit (9,6 cm sur 7,2), et surtout la reconnaissance de caractères est laborieuse : les blagues circulant sur les erreurs de reconnaissance remplissent des sites internet entiers. Il fera même une apparition dans les Simpsons, où son incapacité à transcrire l'écriture humaine excède l'un des personnages qui finit par le balancer... Apple prétend qu'il faut du temps au Newton pour s'habituer à l'écriture de son utilisateur, mais les améliorations ne se font pas beaucoup sentir...


Comme si cela ne suffisait pas, les cartes modem et pager du Newton ne sont pas disponibles lors de sa sortie, alors même qu'Apple avait basé une grande partie de sa campagne de promotion sur les capacités de communication de l'appareil...

Pendant quelques semaines, le Newton se vend bien, faisant même mieux que le Macintosh ! Mais rapidement, les ventes s'écroulent, entraînant l'éviction de Sculley de la direction d'Apple...

Dès 1994, Apple améliore le Newton : le modèle original est remplacé par les Newton 100 (identique au premier) et 110, ce deuxième offrant plus de mémoire, un écran plus grand, et une meilleure autonomie. La génération suivante, le Newton 120, arrive en 1995, avec le système de reconnaissance d'écriture Graffiti de Palm, plus efficace que celui d'Apple.

Les critiques restent pourtant virulentes, jusqu'à la présentation de NewtonOS 2.0, en novembre 1995. La reconnaissance d'écriture est largement améliorée, l'écran est agrandi et peu basculer en mode paysage, et le Newton devient capable de dialoguer avec un PC ! Le Newton et son système remportent de nombreuses récompenses (Meilleur ordinateur portable deux années de suite et Meilleur produit du Comdex 1995 pour le magazine Byte, et autres récompenses par les magazines Computer Currents et Fortune). Newton OS remporte même le prix du meilleur système d'exploitation du magazine PC World, devant Windows 95 !

MessagePad 130 et MessagePad 2000

En 1996, après le remplacement à la tête d'Apple de Spindler par Gil Amelio, le MessagePad 130 offre le rétro-éclairage de l'écran et plus de mémoire. Le MessagePad 2000, lancé début 1997, permet de lire ses eMails, de naviguer sur Internet, et dispose de tous les logiciels permettant au Newton de remplacer un ordinateur portable classique. En même temps, Apple présente l'eMate 300, qu'elle destine au marché de l'éducation.




Mais les graves problèmes rencontrés par Apple et la concurrence de Palm provoqueront son abandon. Après avoir tenté de revendre le Newton à de nombreuses entreprises du secteur, Apple décide, le 22 mai 1997, d'abandonner sa branche Newton, et de la transformer en une entreprise distincte, appelée Newton Inc.

Peu après, Steve Jobs reprend le contrôle d'Apple après la démission de Gil Amelio, et décide de réintégrer Newton à Apple. Pour prouver sa bonne foi, Steve Jobs annonce la création d'une nouvelle division spécialisée dans l'eMate 300, et lance le MessagePad 2100, le premier Newton capable de se connecter à un réseau Ethernet ! Pourtant, dès la fin de l'année, la division Newton est démantelée : certains ingénieurs partent rejoindre les concurrents, d'autres sont affectés à la division Portables d'Apple.

Début 1998, Apple annonce la fin des développements de NewtonOS. Pour certains, cette décision de Steve Jobs est sa manière de se venger de son éviction d'Apple par Sculley en 1985. Pour Apple, Newton représentait surtout un demi-milliard d'investissement et seulement 300.000 unités vendues...

Le Newton fait reparler de lui en 2009, bien longtemps après qu'Apple l'ait remplacé par l'iPhone dans le coeur de ses clients. En effet, au mois de juin 2009, une équipe indépendante s'aperçoit que les appareils basés sur Newton OS 2.1 se rapprochent dangereusement de leur "date limite d'utilisation", fixée involontairement par Apple au 5 janvier 2010 en raison du stockage des dates sur 30 bits au lieu de 32 pour les systèmes habituels.


Modèle
Processeur
RAM Ecran OS Prix Date
MessagePad
ARM610, 20Mhz
640 ko N&B 1.0 700 $ 1993
MessagePad 100
ARM610, 20Mhz
640 ko N&B 1.2 500 $ 1994
MessagePad 110
ARM610, 20Mhz
1 Mo N&B 1.3 600 $ 1994
MessagePad 120 ARM610, 20Mhz 1-2 Mo N&B 1.3 600 $ 1995
MessagePad 130 ARM610, 20Mhz 2.5 Mo N&B 2.0 800 $ 1996
MessagePad 2000 StrongARM 110, 162 Mhz 5 Mo 16 gris 2.1 950 $ 1997
MessagePad 2100
StrongARM 110, 162 Mhz
8 Mo 16 gris 2.1 1000 $ 1997
eMate 300
ARM 710a, 25 Mhz
3-5 Mo 16 gris 2.1 800 $ 1997

L'Aventure Apple est un site indépendant d'Apple Computer. Toutes les marques citées
appartiennent à leurs propriétaires respectifs. © 2000-2014 Jean-Baptiste Leheup