L'Aventure Apple



Matériel : Macintosh



Pour le commun des mortels, le Macintosh a vu le jour en 1984. Pour quelques personnes, le Macintosh est en fait né en 1979. Parmi ces personnes, se trouve Jef Raskin, le véritable père du Macintosh.

Au cours du printemps 1979, un peu plus d'un an après son arrivée chez Apple, il se voit confier le projet "Annie", visant à créer une machine bon-marché destinée à concurrencer les consoles de jeu des concurrents, pendant que Steve Jobs et son équipe travaillent sur le Lisa, plutôt destiné aux entreprises. Raskin n'est pas particulièrement intéressé par ce genre de machine, mais accepte quand-même et parle à Markkula, chairman d'Apple, de son projet Macintosh, un ordinateur révolutionnaire et simple à utiliser. Raskin, en effet, n'apprécie pas trop la complexité de l'Apple II, dont la capacité d'expansion est à la fois le principal avantage et le plus gros inconvénient puisqu'il complique la tâche des programmeurs et des utilisateurs. Voilà pourquoi Raskin veut que le Macintosh n'ait pas de baie d'extension, qu'on ne puisse pas l'ouvrir, que la quantité de mémoire vive soit fixée et que l'écran, le clavier, le disque dur et même l'imprimante soient inclus dans la machine. Raskin souhaite même que sa machine ne laisse apparaître aucun cable, et qu'on puisse la transporter ! D'ailleurs, les premiers projets prévoyaient d'inclure une batterie pouvant faire tourner l'ordinateur pendant deux heures...


Date
Proc.
RAM Ecran Pointage Clavier Prix
Mai 1979
8-bits
64 Ko 4 pouces ? Intégré 500 $
Décembre 79
6809E
64 ko 4 pouces ? Intégré 500 $
Décembre 80
6809E
64 ko 7 pouces Stylo optique Intégré 1000 $
Février 81
68000
64 ko 9 pouces Joystick Intégré 1500 $
Janvier 84
68000
128 ko 9 pouces Souris Détaché 2495 $
L'évolution du projet Macintosh



Raskin voit très grand pour sa machine : 64 ko de mémoire vive, un port pour le modem et un pour l'imprimante, un lecteur de disquettes 200 ko, les langages Basic et Forth en mémoire morte, et des logiciels si simples qu'ils ne nécessitent même plus de manuels !

L'idée du projet Macintosh, dont le nom officiel aurait bien pu être Apple V, ne plaît pas du tout à Steve Jobs. Il dénigre le Macintosh à chaque réunion et devient l'un des principaux opposants de Raskin... jusqu'au moment où il découvre le vrai potentiel de la machine et en tombe alors véritablement amoureux. Il aime même tellement ce projet qu'il en revendiquera la paternité ! Néanmoins, c'est Raskin qui continue de mener le projet et imagine de nombreuses améliorations, qui font passer le projet de 500 à 1000 dollars...

Pour créer les premiers prototypes de Macintosh, Jef Raskin fait appel à Bill Atkinson (de l'équipe Lisa), qui lui présente Burrell Smith, technicien de la maintenance Apple II. Devant les prodiges réalisés par ce dernier, Raskin le nomme Numéro 2 du groupe Macintosh. Steve Wozniak, l'inventeur de l'Apple II, apporte son aide à Smith, qui met au point la plus grande partie de l'infrastructure du Macintosh.

Steve Jobs rejoint l'équipe Macintosh après son éviction de la tête du projet Lisa. En fait, la direction d'Apple est très contente de se débarrasser de Steve Jobs en lui refilant un projet qu'ils considèrent comme peu important. Furieux de s'être fait littéralement jeter du groupe Lisa, il décide de s'approprier le Macintosh et d'en faire le symbole de sa réussite. Il souhaite même changer le nom du Macintosh en Bicycle (vélo), mais personne n'est d'accord et il finit par abandonner cette idée. Steve Jobs est persuadé que le projet Macintosh est proche du but et parie 5000 dollars avec le responsable du projet Lisa que le Mac sera prêt avant le Lisa... Dès 1982, Steve Jobs collecte les signatures des membres du groupe Macintosh afin de les faire graver dans le boîtier de la machine.

Une des principale avancées du Macintosh se produit quand Burrell Smith trouve le moyen de remplacer le processeur 6809E par un 68000, le même que dans le Lisa. Raskin hésite, mais Steve Jobs voit dans ce changement une opportunité pour récupérer une partie des innovations du Lisa. La façon dont Steve Jobs prend petit à petit le contrôle du projet excède Raskin, qui finit par démissionner quand Steve Jobs décide de prendre en charge l'aspect logiciel du projet, le 1 mars 1982. Steve Jobs veut tellement tout contrôler que les ingénieurs sont obligés de lui cacher leurs recherches (entre autres, l'intégration du lecteur de disquettes 3 pouces 1/2 de Sony et la possibilité d'augmenter la mémoire vive du Mac).

Finalement, avec deux ans de retard, Apple présente le Macintosh le 24 janvier 1984. Depuis longtemps, la direction se demandait à quel prix elle pourrait vendre la machine. 1995 dollars paraissait un bon compromis, mais John Sculley souhaitait accompagner le lancement du Macintosh avec une vaste campagne de publicité, et c'est finalement à 2495 dollars que le prix fut fixé.


Le lancement du Macintosh est annoncé par le spot "1984", basé sur le roman du même nom, écrit par Georges Orwell. De plus, pour assurer la notoriété du Macintosh, Apple avait fait ce qu'aucune firme avant elle n'avait fait : des dizaines de personnalités avaient reçu un Macintosh avant sa sortie, et des exemplaires de la machine avaient été confiés aux revendeurs pour qu'ils puissent les mettre en démonstration le jour même de l'annonce.

Le Macintosh a tout pour plaire aux utilisateurs : un design innovant, très compact, un écran de haute qualité, et deux logiciels de qualité inclus avec la machine. Sans oublier une grande nouveauté pour le grand-public, la souris qui permet de commander l'ordinateur en cliquant ou en déplaçant des icones à l'écran. Toute l'utilisation reposant sur des métaphores (la corbeille, les dossiers, le bureau…), le Macintosh révolutionne l'utilisation de l'ordinateur et permet enfin à n'importe qui de comprendre en quelques minutes toutes les bases de l'utilisation de l'ordinateur.

Le Macintosh n'est pourtant pas sans défaut : il manque de mémoire vive (seulement 128 Ko sur la première version), il n'est pas compatible avec les anciennes applications et avec DOS, il ne peut pas accueillir de carte d'extension, et le chargement des applications graphiques, plus lourdes que les applications du type Apple II, est très lent. Ces défauts seront corrigés petit à petit : le Mac 512 puis le Mac Plus apporteront plus de mémoire vive, le Mac SE apportera un disque dur, le SE/30 apportera la possibilité d'utiliser un écran externe couleur et 128 Mo de ram, le Classic arrivera avec son tout petit prix, le Classic II avec sa prise micro, et enfin le Classic Couleur offrira son écran couleur et sa touche d'allumage sur le clavier.

Un détail intéressant à propos du Classic : ce fut le seul Macintosh a posséder une sorte de disque dur en ROM : on pouvait démarrer la machine en utilisant un système écrit sur une des puces de la machine, sans disque dur. Très pratique pour réparer une machine après un gros crash, cette fonctionnalité ne fut jamais réutilisée ensuite...

Macintosh Plus, Macintosh Classic et Macintosh Classic Couleur



Modèles
Processeur
RAM Commercialisation
Macintosh
68000, 8 Mhz
128 ko Janv 84 - Oct 85
Macintosh 512
68000, 8 Mhz
512 ko Sept 84 - Avr 86
Macintosh Plus
68000, 8 Mhz
1 à 4 Mo Janv 86 - Oct 90
Macintosh SE
68000, 8 Mhz
1 à 4 Mo Mars 87 - Oct 90
Macintosh SE/30 68030, 16 Mhz 1 à 128 Mo Janv 89 - Oct 90
Macintosh Classic 68000, 8 Mhz 1 à 4 Mo Oct 90 - Oct 91
Macintosh Classic II 68030, 16 Mhz 2 à 10 Mo Oct 91 - Sept 93
Color Classic
68030, 16 Mhz
2 à 10 Mo Fév 93 - Mai 94


L'Aventure Apple est un site indépendant d'Apple Computer. Toutes les marques citées
appartiennent à leurs propriétaires respectifs. © 2000-2017 L'Aventure Apple