L'Aventure Apple



Matériel : MacBook et MacBook Pro



Le 6 juin 2005, Apple annonçait qu'après quinze années de coopération avec IBM et Motorola autour du processeur PowerPC, elle allait confier à Intel la conception de ses futurs processeurs. Autrement dit : le Mac allait devenir un PC comme les autres sur le plan matériel, mais avec les raffinements dont Apple a le secret, et MacOS X pour en tirer le meilleur.

Avec six mois d'avance sur le programme, c'est le 10 janvier 2006 qu'apparaissent les premiers Macs embarquant le tout nouveau processeur Intel Core Duo : l'iMac et le MacBook Pro. L'ordinateur de bureau grand-public et le portable professionnel, le premier pour le symbole commercial, et le second car il était le plus handicapé par l'impossibilité d'y intégrer les derniers PowerPC G5.


Le MacBook Pro prend donc la relève du PowerBook, dénomination des ordinateurs portables d'Apple depuis 1991. Avec le passage au processeur Intel, Apple a en effet souhaité que tous ses ordinateurs comprennent le terme "Mac". iMac, PowerMac, MacBook Pro (et bientôt MacBook en remplacement de l'iBook ?), l'utilisateur devrait mieux s'y retrouver.

LeMacBook Pro reprend les principaux acquis de son prédécesseur, à commencer par le design impeccable en aluminium. Il gagne une iSight intégrée juste au-dessus de l'écran, un écran légèrement plus vaste (15,4 pouces), et une télécommande pour piloter FrontRow. Le processeur Intel Core Duo (à 1,67 ou 1,83 Ghz) promet des performances quatre à cinq fois supérieures à celles du G4 !
A peine présenté, le nouveau venu fait déjà parler de lui : quelques erreurs sur les pages que lui consacre le site d'Apple révèlent que la marque a présenté le MacBook Pro avant même que sa production ne commence ! Quelques prototypes sont disponibles, mais ceux-ci ne permettent pas, par exemple, de se faire une idée sur l'autonomie de la batterie que l'on nous promettait en forte hausse. Le graveur DVD, de son côté, régresse puisqu'il repasse en simple-couche 4x (au lieu du double-couche 8x), pour cause de manque de place… La machine est en effet « un cheveu plus fin » que le PowerBook… Le port PC-card (anciennement PCMCIA) disparaît au profit du nouveau format ExpressCard/34.


Quelques jours avant le début des livraisons, le 15 février, Apple crée la surprise en annonçant que les Core Duo seront finalement cadencés à 1,83 et 2 Ghz, avec un modèle à 2,16 Ghz en option sur commande. Une manière de répliquer aux premiers articles comparant les portables d'Apple et leurs concurrents directs chez les fabricants habituels de PC, jugés moins chers ? Dell, par exemple, propose un protable 15 pouces équipé d'un Core Duo pour seulement 1000 euros...

Le 24 avril, un modèle 17 pouces vient étoffer la gamme. Apple retrouve ainsi sa ligne de PowerBooks G4, à l'exception du modèle 12 pouces qui rencontrait pourtant un franc succès.

Le 13 mai 2006, c'est le nouveau système Mac OS X 10.4.7, déjà diffusé aux développeurs, qui vend la mèche : parmi les machines supportées, se trouve un certain "MacBook", en plus du "MacBook Pro". Et en effet, trois jours plus tard, Apple présente officiellement le MacBook, successeur de l'iBook. Comme le laissaient présager les rumeurs, le nouveau portable d'Apple dispose d'un écran panoramique (16/10è) de 13,3 pouces, affichant une résolution de 1280 par 800 pixels. Pas de carte graphique dédiée, mais une simple puce Intel GMA 950, comme sur un vulgaire PC portable, les dents grincent, notamment du côté des joueurs... En revanche, la machine sait gérer un deuxième écran en externe, et non pas seulement la recopie vidéo comme son aîné.

Concernant le design, Apple élargit ses horizons en proposant deux modèles, l'un tout blanc et l'autre tout noir. Avec le MacBook Pro tout de métal vêtu, la gamme portable d'Apple prend des "couleurs" ! Une webcam iSight complète le tout, comme sur le MacBook Pro. Dernier détail appréciable : le disque dur s'extrait en quelques secondes, ce qui est une première sur un portable Apple.


Côté processeur on trouve un Core Duo à 1,83 ou 2 Ghz, secondé par 512 Mo de mémoire vive. Le disque dur est de 60 ou 80 Go, avec lecteur Combo ou SuperDrive. Quant au prix, il est bien plus abordable que le MacBook Pro : de 1099 à 1499 euros, un prix largement comparable à celui des PC du marché. Pour creuser l'écart, le MacBook Pro passe à 2 et 2,16 Ghz en standard et gagne un écran "brillant" en option, comme le proposent de nombreux PC, afin d'offir une image plus saturée, mais souffre de reflets importants.

On le sait, on ne parle que des trains qui arrivent en retard. Alors que les chiffres de ventes du MacBook semblent au plus haut, c'est pour quelques problèmes matériels que le modèle va faire parler de lui. On constate tout d'abord que la coque blanche a tendance à jaunir prématurément... Puis ce sont des problèmes d'extinction inopinées qui surviennent. Ces deux soucis seront pris en charge par Apple, qui procèdera aux remplacements nécessaires. Pour terminer, c'est un film plastique oublié au montage sur la grille de ventilation qui provoque des surchauffes en série... Pas de rappel pour ce problème : il suffit en effet de le retirer pour que tout rentre dans l'ordre ! Avouons que cela fait un peu brouillon... Et pour que tout le monde soit servi, c'est le MacBook Pro qui, de son côté, connait des soucis de grésillements intempestifs. Là aussi, Apple propose un remplacement gratuit de la carte mère. Terminons en beauté avec le rappel de 1,8 millions de batteries de PowerBook G4 et de MacBook Pro : Apple n'a rien à se reprocher, c'est Sony, son fournisseur, qui est en cause, et qui payera les pots cassés...

Le 15 mai, le MacBook passe au Core 2 Duo, au Wi-fi 802.11n, et son processeur atteint 2 ou 2,16 Ghz. Le 5 juin 2007, Apple met à jour sa gamme de MacBook Pro, en équipant notamment le modèle 15 pouces d'un nouvel écran à rétroéclairage LED. Le processeur grimpe à 2,2 ou 2,4 Ghz, et le modèle 17 pouces atteint en option la résolution "Full HD", soit une résolution de 1920x1200.

Le 15 janvier 2008, à la MacWorld Expo de San Francisco, la famille MacBook s'agrandit. Le petit dernier est vraiment tout petit, si petit, si léger, si aérien, que ses géniteurs l'ont nommé MacBook Air. Pensez donc : 1,36 kg, de 4 à 19 mm d'épaisseur, et malgré cela, un écran 13,3 pouces, un clavier pleine taille, une batterie honnête, et un processeur tout ce qu'il y a de plus normal. C'est en quelque sorte, un MacBook qui aurait subi un sacré régime, sans perdre trop de vitamines. Pour le présenter, Steve Jobs le sort tout simplement d'une enveloppe !


Pour cette machine, Apple a largement misé sur le « sans-fil ». Il faut dire que la place manque même pour les prises (ni firewire, ni ethernet, on ne trouve qu'un seul USB, une prise casque et un micro-DVI qui remplace le mini-DVI, trop épais). Pour compenser, le MacBook Air est équipé de wi-fi, bluetooth, et d'une nouvelle fonctionnalité lui permettant d'utiliser le lecteur de DVD d'un autre ordinateur du réseau local ! A l'intérieur de la machine, on trouve un processeur Core 2 Duo à 1,6 ou 1,8 Ghz ; un disque dur 1,8 pouces de 80 Go (comme celui de l'iPod), avec en option un modèle 64 Go SSD (en mémoire flash) ; 2 Go de mémoire vive soudés sur la carte mère ; une iSight, un clavier rétro-éclairé, et un écran 13,3 pouces à base de LED, plus économe et plus écologique… mais aussi plus coûteux que les écrans LCD classiques. Pour ceux qui ne peuvent s'en passer, Apple propose un lecteur/graveur DVD externe, pour 89 euros.

Le tout, pour seulement 1699 euros, ou 2868 pour le modèle haut-de-gamme (le disque dur SSD coûtant à lui seul près de 1000 euros). Petite révolution : l'emballage est enfin écologique : de taille réduite et sans PVC, il accompagne à merveille ce premier Mac sans mercure ni arsenic.


Fruit de nombreux compromis, ce premier ultra-portable d'Apple est attendu au tournant. Handicapé par son disque dur et son processeur plus lents, les premiers tests le donnent moins rapide que le MacBook d'entrée de gamme. Cependant, il tient largement la comparaison avec les autres ultra-portables des marques concurrentes, souvent équipés de processeurs deux fois moins rapides et d'écrans plus petits.

Le MacBook et le MacBook Pro, de leur côté, sont mis à jour le 26 février, pour coller au plus près des évolutions du marché. 2 Go de mémoire vive pour tout le monde, disques durs plus spacieux, processeurs Penryn de 2.1 à 2.4 Ghz pour le modèle grand public, et de 2.4 à 2.6 Ghz pour les pros. Celui-ci gagne aussi un trackpad multitouch permettant de simplifier certaines opérations à l'écran. Tous les modèles baissent de 50 à 100 euros.

Cette petite mise à jour aura permis de patienter jusqu'au 14 octobre, date à laquelle Apple, devancée par les rumeurs, annonce un nouvelle gamme de MacBook et MacBook Pro, conçus sur la même architecture. Grâce à une nouvelle technologie d'usinage, la marque à la pomme est maintenant capable de concevoir la coque de ses ordinateurs portables en un seul bloc, taillé dans de l'aluminium. L'ordinateur est ainsi plus résistant, plus léger, plus écologique. Mais l'extérieur n'est pas le seul à profiter de la mise à jour : abandonnant les technologies Intel, à l'exception du micro-processeur, Apple se tourne vers NVIDIA pour la puce graphique, annoncée comme cinq fois plus puissante que celle proposée jusqu'alors dans les MacBooks. Les deux modèles bénéficient également d'un nouveau trackpad en verre, sans bouton visible, et compatible multitouch.


Le MacBook Pro débarque en deux modèles dotés d'un écran 15.4 pouces, de deux cartes vidéos NVIDIA (9400M et 9600M GT), d'un Mini Display Port, mais sans FireWire. Le Mac Book, "le Mac le plus vendu de toute l'histoire d'Apple", suit le même chemin : écran LED, clavier rétroéclairé, et même un peu moins de poids sur la balance. Sur ce modèle plus populaire, une seule carte graphique est à l'action.

Exceptionnellement, en contradiction avec sa politique habituelle, Apple ne fait pas complètement disparaître sa gamme précédente lors de ce renouvellement. Alors même que les gammes MacBook et MacBook Pro se sont tournées vers l'aluminium, Apple conserve au catalogue un modèle en plastique blanc, qu'elle vend à 999 dollars, soit 200 dollars de moins que l'entrée de la nouvelle gamme. Pas d'écran brillant, pas de trackpad multitouch, mais un port FireWire conservé pour ce petit modèle, qui sera même mis à jour pour bénéficier d'un coup de fouet d'une carte graphique 9400 M, le 21 janvier 2009.

Le modèle 17 pouces, un peu oublié, subit son lifting le 6 janvier 2009. Reprenant le même design « unibody » que son petit frère 15 pouces et que le Mac Book 13 pouces, il offre cependant quelques raffinement supplémentaires : un écran affichant une pleine résolution HD (1920 x 1200 pixels), un processeur Core 2 Duo de 2,66 à 2,93 Ghz, et jusqu'à 8 Go de RAM en standard. Apple y intègre une nouvelle batterie, inamovible (mais remplaçable en SAV), annonçant 8 heures d'autonomie grâce à une nouvelle technologie qui permet également de prolonger sa durée de vie et de charger trois fois plus rapidement que les batteries standard. Tout cela fait de lui le portable 17 pouces le plus fin et le plus léger du marché.

A l'occasion de la WWDC, le 9 juin 2009, Phil Schiller présente une révision de la famille MacBook. La gamme devenant disparate, il a été décidé que les MacBook 13 pouces, en aluminium, deviendront des MacBook Pro comme les autres. Seul le petit modèle en plastique restera un simple MacBook. Nouveauté marquante, les MacBook Pro 13,3 pouces retrouvent leur port FireWire perdu lors de la dernière mise à jour, ainsi qu'un lecteur de carte SD. L'ensemble de la gamme Pro embarque une batterie nouvelle génération, inamovible, qui offre une autonomie et une durée de vie bien supérieures.



Ainsi, la gamme s'organise maintenant ainsi :
- Un petit MacBook 13,3 pouces, en plastique blanc, facturé 999 dollars. Mis à jour au début du mois de juin 2009, il embarque un processeur Core 2 Duo à 2,13 Ghz, 2 Go de mémoire vive à 800 Mhz, une carte graphique NVIDIA Geforce 9400M partageant 256 Mo de mémoire vive, un disque dur de 160 Go, des ports FireWire 400 et USB 2 et une batterie lui offrant jusqu'à 5 heures d'autonomie.
- Des MacBook Pro 13,3 pouces, en aluminium, à partir de 1199 dollars, embarquant un processeur Core 2 Duo à 2,26 ou 2,53 Ghz, 2 Go de mémoire vive à 1066 Mhz, une carte graphique NVIDIA Geforce 9400M partageant 256 Mo de mémoire vive, un disque dur de 160 ou 250 Go, des ports FireWire 800, SD Card et USB 2 et une batterie lui offrant jusqu'à 7 heures d'autonomie.
- Des MacBook Pro 15,4 pouces, en aluminium, à partir de 1699 dollars, embarquant un processeur Core 2 Duo de 2,53 à 3,06 Ghz, 4 Go de mémoire vive à 1066 Mhz, une carte graphique NVIDIA Geforce 9400M et/ou 9600M, un disque dur de 250 à 500 Go, des ports FireWire 800, SD Card et USB 2 et une batterie lui offrant jusqu'à 7 heures d'autonomie.
- Des MacBook Pro 17 pouces, en aluminium, à partir de 2499 dollars, embarquant un processeur Core 2 Duo de 2,8 à 3,06 Ghz, 4 Go de mémoire vive à 1066 Mhz, une carte graphique NVIDIA Geforce 9400M et 9600M, un disque dur de 500 Go, des ports FireWire 800, ExpressCard et USB 2 et une batterie lui offrant jusqu'à 8 heures d'autonomie.


Le 20 octobre 2009, le MacBook gagne une nouvelle coque arrondie, inspirée de la coque unibody de son grand frère, mais en polycarbonate là où le MacBook Pro offre de l'aluminium. Apple dote son petit portable d'un écran rétroéclairé LED, d'un trackpad Multi-Touch en verre, et de la batterie améliorée, le tout hérité de la gamme supérieure. Le prix est en baisse (899 au lieu de 949 dollars), mais le port FireWire disparaît.


Le 13 avril 2010, la gamme MacBook Pro prend un coup de jeune. Le petit MacBook Pro 13,3 pouces gagne un processeur Core 2 Duo à 2,4 ou 2,66 Ghz, une batterie capable de lui assurer 10 heures de fonctionnement, et une carte grpahique NVidia GeForce 320M. Les modèles 15 et 17 pouces se voient équipés de processeurs Intel Core i5 ou i7 aux mêmes fréquences, mais équipés de 4 coeurs et des fonctions TurboBoost. Ecrans LED, disques durs SSD en option et coque en aluminium restent d'actualité.


L'Aventure Apple est un site indépendant d'Apple Computer. Toutes les marques citées
appartiennent à leurs propriétaires respectifs. © 2000-2017 L'Aventure Apple