Une pomme verte depuis plus de quarante ans

À chaque Journée de la Terre, le 22 avril, Apple a pris l’habitude de colorer en vert la feuille de son logo, sur les devantures de ses Apple Stores. Une manière évidemment de montrer son implication dans le développement de l’écologie.

Image : site web de Getty Images

Mais les pommes bien vertes, Apple n’a pas attendu les journées internationales pour les exposer. Ainsi, des 1978, la toute jeune société qui ne commercialisait encore qu’un seul ordinateur, l’Apple II, fournissait ses produits avec des manuels tout revêtus de vert. Et notamment le manuel d’installation et d’utilisation du kit « Programmer’s aid 1 », une puce de mémoire morte qui ajoutait quelques fonctions au Basic de l’Apple II, et évitait ainsi aux programmeurs de devoir charger ces fonctions à chaque démarrage, au clavier ou au moyen d’une cassette.

Aooke Utility Programs installation and operating manual Programmer's aid #1

Un boîtier transparent pour votre Macintosh SE

Vous connaissez bien le Macintosh SE et son successeur, le Macintosh SE/30 (mais si, celui qui a failli s’appeler le Macintosh SEx)… Les amateurs éclairés de MacEffects mènent actuellement un projet Kickstarter pour offrir au SE et au SE/30 un boîtier transparent du plus bel effet, à la manière des prototypes conçus par Apple. Près de 13.000 dollars ont déjà été récoltés sur les 15.000 recherchés par les porteurs du projet.

Injection Molded Clear Case for Apple Macintosh Mac SE/30
Image : Kickstarter

Si l’idée vous plaît, vous pouvez bien sûr participer au financement de ce projet, avant le dimanche 12 mai. Le ticket d’entrée est à 175 dollars pour un dos transparent ; comptez 225 dollars pour obtenir en plus un ventilateur équipé de leds, et plus encore pour disposer de différents modèles colorés accompagnés d’accessoires pour embellir l’intérieur de la machine. Si le projet atteint 27.500 dollars, l’avant du boîtier transparent sera mis en production (avec un seul emplacement pour disquette). Et pour 30.000 dollars, c’est la souris ADB qui bénéficiera de son boîtier transparent.

Jusqu’à cette nuit, il était possible d’acquérir le prototype développé par l’équipe de MacEffects, puisqu’ils l’avaient mis en vente sur eBay. La vente est aujourd’hui terminée, peut-être car celui-ci venait de baisser de 4500 à 1800 dollars : une affaire, d’autant plus que le Macintosh SE/30 était fourni, avec un disque dur qui marche quand il veut

MacEffects Prototype Apple Computer Macintosh Mac SE/30
Image : eBay

Pour se consoler d’être arrivé trop tard, il reste une solution. La même équipe propose également à la vente le tout premier prototype de sa série, fabriqué au moyen d’une imprimante 3D. Cette pièce unique est proposée aux enchères pendant encore une petite semaine et dépasse déjà les 5.600 dollars !

MacEffects Prototype Case for Apple Computer Macintosh Mac SE/30
Image : eBay

L’équipe de MacEffects n’en est pas à son coup d’essai : nous avions déjà parlé d’elle puisqu’elle propose à la vente sur eBay des rubans neufs pour l’imprimante ImageWriter II, et en couleurs s’il-vous-plaît !

Du Knowledge Navigator au Newton puis à l’iPad

Aujourd’hui, nous vous proposons de regarder deux vidéos. La première est un clip de cinq minutes, réalisé en 1987 pour expliquer le rêve de John Sculley, alors PDG d’Apple dont il avait évincé Steve Jobs. Le Knowledge Navigator (ou Navigateur du Savoir) proposait un assistant personnel avec synthèse et reconnaissance vocale, bien plus performant que Siri ne l’est aujourd’hui, rendant l’utilisation de l’interface tactile presque inutile… et il disposait d’un écran pliable, trente ans avant le Galaxy Fold ou l’Huawei Mate x !

Une autre vidéo revient (succinctement) sur la transition entre ce rêve de John Sculley et l’iPad, en passant évidemment par le Newton. Dans cette animation qu’Arte a diffusée le 23 février dernier, on apprend qu’une équipe d’Apple avait été dédiée dès 1987 à la conception de cet « ordinateur de la taille d’un magazine », capable de communiquer sans fil avec d’autres appareils et de reconnaître l’écriture manuscrite. Mais tout restait à inventer, à commencer par un processeur plus compact, plus économe et moins gourmand en énergie, tout en restant très puissant, ce qu’Apple réalisera en participant à la mise au point du processeur ARM, via la société ARM cofondée avec Acorn et VLSI. Un processeur dont les descendants équipent aujourd’hui toutes nos tablettes et tous nos smartphones.

Oui mais voilà, Newton était arrivé trop tôt. La gamme, lancée en 1993, sera abandonnée dès 1998 comme nous vous le rappelions hier.

Apple / Samsung : On enterre la hache de guerre

C’est officiel : Apple et Samsung ont enterré la hache de guerre, après sept ans de combat judiciaire acharné. Les détails de l’accord ne sont pas rendus publics, mais l’on imagine que cette bataille de tribunal finissait par coûter cher aux deux entreprises qui, par ailleurs, poursuivent leur collaboration dans de nombreux domaines.

Cet événement n’est pas sans rappeler un autre accord, signé il y a presque 21 ans, le 6 août 1997. Apple et Microsoft mettaient alors fin à plus de dix ans de procès : en échange d’un abandon de toute poursuite entre les deux sociétés sur le front des brevets, Microsoft s’engageait à développer la suite bureautique Office durant les cinq années suivantes. Apple, de son côté, acceptait d’installer Internet Explorer par défaut sur ses ordinateurs. Microsoft, au passage, investissait 150 millions de dollars dans la Pomme, ce qui conduira certains journalistes à affirmer que Microsoft venait de racheter Apple. Il ne devrait pas en être question cette fois-ci…

Couverture du Time :

Think Different, volé à Jack Kerouac ?

De plus en plus souvent, on lit que le texte de la publicité « Think Different » d’Apple aurait été écrit par un certain Jack Kerouac, auteur américain né en 1922 et décédé en 1969. Plus précisément, le fameux texte de la voix-off « Here’s to the crazy ones » serait extrait, mot pour mot, de son livre Sur la Route (On the Road en version originale). On trouve maintenant des posters, des cartes postales et des images en pagaille à partager sur les réseaux sociaux, avec cette citation et la signature de l’auteur. La publicité est même citée in extenso, dans sa version française, par le guide « Cent romans à avoir lus aux toilettes ».

Jack Kerouac - Here's to the crazy ones

Alors, Apple a-t-elle vraiment volé ce paragraphe complet dans un roman publié en 1957, dont le manuscrit se compose d’un seul rouleau de papier de 36 mètres de long, tapé à la machine à écrire sans le moindre retour à la ligne ?

Pour le savoir, le plus simple est encore de se référer à Google Books, la bibliothèque virtuelle du géant américain. Quand on cherche le terme « Crazy » dans le livre de Kerouac, on en trouve huit occurrences. Aucune ne correspond, de près ou de loin, à la publicité d’Apple.

Et si l’on cherche « mad », un synonyme de « crazy », on trouve une très intéressante tirade, une sorte d’hommage aux fous qui dans la forme n’a aucun rapport avec « Think Different » :

The only people for me are the mad ones, the ones who are mad to live, mad to talk, mad to be saved, desirous of everything at the same time, the ones who never yawn or say a commonplace thing, but burn, burn, burn like fabulous yellow roman candles exploding like spiders across the stars and in the middle you see the blue centerlight pop and everybody goes “Awww!”

Il est tout de même inquiétant de constater le nombre de sites et d’ouvrages qui ont repris cette information sans jamais ouvrir le livre de Kerouac. Et bien évidemment, aucun de ces livres n’est plus ancien que la diffusion de la publicité d’Apple. Regardez donc les résultats d’une recherche sur « Jack Kerouac To the Crazy Ones » dans Google Books :  une trentaine d’ouvrages associent l’auteur et la citation. Le plus ancien est l’un des chefs d’oeuvre de la littérature de notre siècle : Bunny Tales, un ouvrage de 2006 sur les secrets de la maison Playboy…  Ajoutez le critère de recherche « XXème siècle », et… rien ! Avant l’an 2000, personne n’avait donc eu l’idée de relever cette phrase de l’auteur décédé trente ans plus tôt, quelle surprise !

Mieux : dans Wisdom for the Soul (2006), l’un des premiers ouvrages où l’on trouve la citation de la publicité d’Apple, elle est bien créditée « Apple Computers Commercial », alors que le même ouvrage comporte par ailleurs pas moins de sept citations de Kerouak.

Pour finir de bien rigoler avec le manque de sérieux sur Internet en général, sachez que la même citation est maintenant attribuée à John Chapman (1774-1845) par certains sites… L’erreur est encore plus drôle, puisqu’elle est liée à l’utilisation du texte de la publicité pour illustrer l’icône de TextEdit, un logiciel fourni avec MacOS X. Pour remplir un peu la page blanche, les graphistes de chez Apple y avaient collé le texte de la publicité, en ajoutant « Chère Kate » et en signant « John Appleseed ».

TextEdit icon MacOS X : Here's to the crazy ones

Or John Appleseed est le nom fictif qu’Apple utilise un peu partout dans ses interfaces quand elle a besoin d’indiquer un nom et un prénom. Mais c’est aussi le surnom de John Chapman, un pépiniériste américain qui a couvert de pommiers une grande partie des États de l’est des États-Unis…

En conclusion, sachez que le texte a été écrit par les équipes de l’agence TBWA/Chiat/Day, dirigées par John Siltanen et Lee Clow, qui ont également crédité Steve Jobs parmi les auteurs de la campagne.

Michael Spindler est décédé

C’est MacGénération qui nous l’apprend : l’ancien PDG d’Apple de 1993 à 1996 est décédé l’année dernière. L’intérêt médiatique le concernant s’étant estompé, et sa famille n’ayant pas souhaité communiquer à ce sujet, l’information n’avait pas émergé jusqu’à présent. Né en Allemagne où il avait travaillé pour Siemens et DEC, il avait ensuite rejoint Intel à Bruxelles, puis Apple à Paris. C’est John Sculley qui l’avait fait venir au siège d’Apple pour lui confier le marketing de la marque, puis la filiale européenne du groupe. Il l’avait ensuite remplacé à la tête du groupe.

Michael Spindler, 1942-2017
Michael Spindler dans la revue Apple Magazine de Janvier-Février 1992

Michael Spindler était était âgé de 75 ans. MacGénération lui consacre une excellente notice biographique, revenant sur son parcours et les difficultés rencontrés par Apple durant les années 90.

Susan Kare récompensée

Elle a créé une bonne partie des icônes du premier Macintosh. Elle a dessiné la police de caractère Chicago qui a accompagné le Mac puis l’iPod durant vingt ans. Ses créations originales, et notamment ses premiers brouillons dessinés à la main sur du papier quadrillé, avaient déjà trouvé leur place au Museum of Modern Art (MoMA) de New-York. On a appris hier que Susan Kare s’apprêtait à recevoir ce mois-ci la médaille de l’American Institute of Graphic Arts (AIGA) en récompense de ce même travail sur l’interface du Macintosh.

Susan Kare icons for Macintosh
Image : www.kare.com

Susan Kare rejoint Apple en 1982, à l’invitation d’Andy Hertzfeld, de l’équipe Macintosh, pour travailler sur les icones utilisées dans le système et créer des polices de caractères. On lui doit notamment les curseurs en forme de montre, de pot de peinture, les icones d’alertes… et le fameux Dogcow, à la fois chien et vache, issu de l’homothétie d’une icone plus petite, devenu l’un des symboles du Macintosh.

Clarus the Dogcow, by Susan Kare

Après avoir réalisé son travail pour le Macintosh, elle quitte Apple en 1986 en même temps que Steve Jobs et le rejoint chez NeXT, où elle supervise tout le travail de graphisme, tant au niveau du logiciel qu’au niveau du matériel et des emballages… En 1988, elle part chez Microsoft, où elle crée les icones et les boutons de Windows 3.

Windows 3 par Susan Kare
Image : www.kare.com

Hasard du calendrier, parmi les autres personnes récompensées cette année par l’AIGA, on trouve le designer Arem Duplessis, qui travaille pour l’équipe marketing d’Apple depuis février 2014, après s’être illustré au sein du New-York Times.

Source : AIGA via AppleInsider