La gamme Apple en 1998 (avec le premier Apple Studio Display)

Si je vous demande quel produit a révolutionné la gamme Apple en mai 1998, il y a de fortes chances que vous me parliez de l’iMac, présenté le 6 de ce mois-là. Rien de tel dans cette brochure, certainement imprimée quelques jours trop tôt… Alors on se console avec l’une des seules apparitions publiques du magnifique écran « Apple Studio Display », premier du nom, qui était encore tout gris : il ne deviendra bleu qu’avec la sortie du Power Macintosh G3 « Blue and White » en janvier 1999, puis graphite à la sortie du Power Macintosh G4 en août 1999.

La gamme Apple en Mai 1998 : avec l'Apple Studio Display !

Pour le reste, la gamme était d’une sobriété absolue. Un seul Power Macintosh, disponible en format mini-tour ou bureau ; un PowerBook Serie G3 et son prédécesseur resté au catalogue ; un serveur G3, une imprimante laser haut-de-gamme et trois écrans. Steve Jobs était passé par là, avec sa volonté de rationaliser le catalogue pour assurer la survie de la gamme. Les lecteurs les plus observateurs auront peut-être remarqué que l’appareil photo numérique QuickTake, pourtant supprimé du catalogue, était encore cité parmi les copyrights de la brochure.

La gamme Apple en mai 1998

Bon anniversaire l’eMac !

Aujourd’hui, 29 avril, nous fêtons les 17 ans de l’eMac, dernier Macintosh équipé d’un écran cathodique (l’iMac G4 venait d’apparaître avec son écran LCD placé au bout d’un bras articulé). L’eMac, avec un e comme éducation, était une machine moins coûteuse destinée aux établissements scolaires et universitaires.

Apple , Les ports de l'eMac

En juillet 2006, l’eMac disparaîtra définitivement du catalogue d’Apple, remplacé par un iMac sous-équipé qui ne restera en vente que deux mois, le temps qu’Apple rafraîchisse sa gamme. Il faut dire que la sortie de scène de l’eMac avait été un peu précipitée, en raison de l’évolution des législations internationales visant à réduire l’usage des substances dangereuses intégrées dans les écrans cathodiques.

 

Carte 80 colonnes ou carte Chat Mauve ?

Si notre blog avait existé dans les années 80, nous vous aurions sans doute proposé un test comparatif entre ces deux produits destinés à votre Apple IIe : la carte 80 colonnes fabriquée par Apple, et la carte EVE du fabriquant Le Chat Mauve. Pour cette fois-ci, nous nous contenterons de vous présenter les brochures d’époque !

À ma gauche, donc, la carte 80 colonnes A2B2022F proposée par Apple, permettant de doubler les capacités d’affichage de l’appareil en autorisant 80 caractères par ligne. Elle s’intégrait aisément dans l’Apple IIe qui disposait d’un connecteur Auxiliaire : pas besoin de brancher d’autres câbles ou de modifier la configuration de l’appareil.

Carte 80 colonnes Apple IIe

Carte 80 colonnes Apple IIe

À ma droite, la carte EVE du fabricant français Le Chat Mauve, qui proposait la même fonction, tout en offrant également un mode graphique « double haute résolution » (qu’Apple ne proposera qu’à partir de l’Apple IIc en 1984), et la possibilité de bénéficier d’un affichage en 40 colonnes en couleurs, ainsi que 64 Ko de mémoire vive supplémentaire pour l’ordinateur. Mieux : la carte Le Chat Mauve permettait enfin aux utilisateurs européens de bénéficier d’un affichage en couleurs sur leurs télévisions SECAM branchées en Péritel. Elles en étaient jusqu’alors privées puisque l’affichage en couleurs des Apple II était lié à un bricolage de Steve Wozniak à partir de la norme NTSC utilisée par les téléviseurs américains.

D’après le manuel que l’on peut trouver ici, cette carte nécessitait un peu plus de boulot pour l’installation : elle s’installait à la fois sur le connecteur Auxiliaire et sur un port d’extension, et nécessitait de positionner une nouvelle prise de sortie vidéo à l’arrière du boîtier.

Carte 80 colonnes Le Chat Mauve EVE

Carte 80 colonnes Le Chat Mauve EVE

Sur les sites d’enchères, les produits Le Chat Mauve sont des valeurs sûres. Les amateurs français d’Apple II en ont besoin pour connecter plus facilement leur machine sur un téléviseur Péritel, une norme qui est restée obligatoire en France jusqu’en 2015 !

Les premiers écrans plats d’Apple

Depuis quand utilisez-vous un écran plat pour votre ordinateur ? Dix ans ? Quinze ans ? Si je vous pose la question, c’est que nous fêtons aujourd’hui les 21 ans du premier écran plat de la marque à la pomme : l’Apple Studio Display, présenté le 17 mars 1998, cinq mois avant le tout premier iMac. À cette époque, toute la gamme Apple était encore beige, et cet écran détonait au milieu des PowerMac G3.

Apple Studio Display 1998 M6356LL

Côté fiche technique, il s’agissait d’un écran de 15,1 pouces de diagonale visible, de technologie TFT, 16 millions de couleurs, taux de contraste à 200:1 et luminosité à 200 cd/m2. Pas de liaison numérique à l’époque, mais des prises 15 broches, S-video ou composite. Bref, pas de quoi se vanter aujourd’hui, mais c’était une véritable révolution à l’époque. Tout comme son pied à hauteur variable, et son écran inclinable dans quatre directions. Rapidement remplacé par un modèle bleu (adapté au G3 de janvier 1999) puis par un modèle gris (adapté au G4 d’août 1999), ce premier modèle est aujourd’hui quasiment introuvable.

Apple Studio Display 1998 M6356LL

On me fait signe, au fond, que ce n’était pas tout à fait le premier écran plat d’Apple. En effet, la marque proposait déjà, en 1984, un écran LCD spécialement adapté à l’Apple IIc. Il y en a justement un en vente actuellement sur eBay, pour quelques heures encore. Comptez 600 dollars (et un bon nettoyage) tout de même.

Apple IIc LCD Display

Bon anniversaire, le Macintosh IIcx et ses écrans !

Aujourd’hui, ce n’est pas seulement l’anniversaire de l’eMate 300, cet ultime représentant de la lignée des Newton. C’est aussi celui du Macintosh IIcx, lancé le 7 mars 1989 avec trois écrans dédiés à la gamme Macintosh II. Avec ces nouveaux venus, la gamme de moniteurs se composait en 1989 des modèles suivants :
– un écran en couleurs, 13 pouces, 640×480, disponible depuis 1987 ;
– un écran en niveaux de gris « haute résolution », 12 pouces, 640 x 480 soit 80 pixels par pouce (on était loin du Retina…) ;
– un écran double-page en niveaux de gris, 21 pouces en 1152 x 870 pixels ;
– un écran en mode portrait de 15 pouces en 640 x 870 pixels.

Ces deux derniers écrans nécessitaient leur propre carte graphique équipée d’une prise particulière (comme le rappelle le site Lowe End Mac ici et ). Les voici tous les quatre présentés dans une brochure d’Apple Japon.

Macintosh IIcx and displays, Apple Japan

Vous pouvez revivre la présentation de ce Macintosh IIcx et de ses nouveaux écrans par Jean-Louis Gassée, grâce à cette vidéo de l’Apple User Group Connection, exhumée par la chaîne YouTube The ReDiscovered Future. Comme il aimait le faire, Jean-Louis Gassée avait assemblé l’ordinateur devant le public, pour présenter chaque élément de cette machine conçue pour être compacte (c’est le c de cx), plus puissante (c’est le x, dédié au processeur 68030), et plus silencieuse que le Macintosh II. Le Macintosh IIcx offrait à la gamme Macintosh un modèle modulable d’entrée-de-gamme, permettant de choisir son écran sans pour autant devoir se ruiner (à 5469 dollars, il coûtait 2300 dollars de moins que le Macintosh IIx).

Dernier détail : il s’agissait du premier Macintosh II conçu pour être utilisable verticalement à la manière d’une mini-tour, ses ventilateurs faisant circuler l’air de l’avant vers l’arrière, et non plus vers les côtés.

Les écrans cathodiques et les hémisphères terrestres

Il y a quelques mois, à l’occasion d’un article sur un Performa 5400 Director’s Edition disponible sur le site australien d’eBay, notre lecteur Pierre, du Journal du Lapin, avait rappelé que les écrans cathodiques étaient conçus pour être utilisés dans un seul hémisphère terrestre, comme le confirmait cette note technique du site d’Apple. Explications.

Les champs magnétiques terrestres sont engendrés par les mouvements du noyau externe, cette grosse masse de métal en fusion qui tourne autour du noyau interne de la Terre. Ce champ magnétique a une inclinaison, qui atteint 90 degrés aux pôles magnétiques de la terre. Le champ magnétique étant dirigé d’un pôle vers l’autre, les deux hémisphères terrestres et l’espace qui entoure notre planète sont donc balayés en permanence par des forces capables d’agir sur la matière qui nous entoure, comme on le voit avec l’aiguille d’une boussole, y compris sur les électrons.

Inside a G4 eMac of Apple

C’est donc tout logiquement que les écrans cathodiques, utilisant un faisceau d’électrons pour former une image sur la surface du tube, étaient sensibles aux champs magnétiques qui les entouraient (celui de la terre, mais aussi ceux d’aimants placés à proximité). Il n’était pas possible d’isoler les écrans de ce champ magnétique terrestre, puisqu’aucune technologie ou matière ne permet de créer l’équivalent d’une cage de faraday (qui ne fonctionne qu’avec les champs électriques). Ils étaient donc réglés en usine, selon qu’ils étaient destinés aux hémisphères nord ou sud, ou même pour la région équatoriale. Les fabricants avaient aussi inventé la fonction « Degauss », chargée de « démagnétiser » les pièces métalliques de l’écran, ou plutôt de les ramener au réglage original pour compenser le champ magnétique terrestre dans une région déterminée.

La note technique d’Apple précisait qu’un écran utilisé dans une zone géographique autre que celle pour laquelle il avait été réglé, souffrait de problèmes d’affichage et de netteté des couleurs. Il aurait été évidemment possible de le régler à nouveau, mais au prix de coûteux équipements qui n’étaient disponibles qu’en usine : des bobines de Helmholtz, capables de modifier le champ magnétique en un point déterminé, ou de simuler celui existant en un autre point de la terre.

Ce problème a été réglé avec les écrans LCD, qui n’utilisent plus de faisceau d’électrons. Apple en faisait d’ailleurs un argument commercial, comme dans cette brochure de janvier 2003 présentant la gamme d’écrans plats Apple Cinema Display et Apple Studio Display. Les champs magnétiques devenaient même responsables de différences d’affichages entre deux écrans identiques, placés dans la même pièce, mais orientés différemment ! Ils n’étaient pas les seuls incriminés : il y avait aussi le vieillissement du phosphore à la surface du tube, ou encore les vibrations. Apple suggérait ainsi de tapoter sur le bord d’un écran cathodique pour observer les distorsions apparaissant sur l’image à cause des vibrations…

Apple CRT LCD

Publicité : le multi-média multi-accessible

Le dimanche, même quand on fête l’anniversaire de l’iPod mini et celui du Xserve G5, c’est quand-même publicité ! Après la publicité « Pas de grattage, pas de tirage » présentée la semaine dernière, voici sa petite soeur, parue deux mois plus tard en juin 1997, toujours sous la plume de CLM/BBDO. Elle mettait en valeur l’infâme Performa 5260. Oui, « infâme », comme honteux, détestable et répugnant, rien de moins.

Publicité Apple 1997 : le multi-média multi-accessible Performa 5260

Et voici pourquoi : de 1995 à 1997, la gamme Apple avait évolué très positivement avec le Performa 5200, puis le 5300, toujours organisés autour d’un écran 15 pouces de très bonne qualité et d’un processeur 603e épaulé par une mémoire cache de 256 ko. Mais pour baisser les coûts et proposer un modèle plus accessible, Apple avait développé le Performa 5260, en équipant sa carte-mère d’un vieux bus 32 bits hérité du LC 475, en privant le processeur de sa mémoire cache, et surtout, en remplaçant l’écran 15 pouces par un modèle 14 pouces limité à 640 x 480 pixels, à la géométrie approximative et dont la carte graphique anémique limitait la fréquence de rafraîchissement à 50 Hz comme une mauvaise télévision cathodique…

Forcément, avec autant de concessions, le prix de la machine avait rapidement baissé, pour atteindre 5990 francs TTC en juin 1997. Mais croyez-moi, il n’y avait pas de quoi être fier !

Souvenir : un écran en seize couleurs

Et vous, avez-vous connu l’époque où l’on pouvait régler le nombre de couleurs affichées à l’écran ? Les cartes graphiques du début des années 1990 étaient bien incapables de jongler avec les quantités vertigineuses de nuances de nos écrans P3, et se contentaient d’afficher jusqu’à 256 couleurs, soit 8 bits par pixel (3 bits pour le rouge, autant pour le vert, et seulement 2 pour le bleu). Pire, certains logiciels et certaines configurations se contentaient de 16 couleurs ! Voici par exemple une photographie prise par un QuickTake, affichée sur un écran 640 x 480 pixels en 16 couleurs.

Si vous vous posez la question : les 4 couleurs étaient le noir, le blanc, et deux nuances de gris…

Quelques chiffres pour comparer : un iMac Pro dispose d’un écran de 5120 x 2880 pixels, soit 14.745.600 pixels codés sur 30 bits, et donc capables d’afficher 1.073.741.824 nuances. La carte graphique doit donc gérer quinze millions de milliards de combinaisons possibles (précisément 15.832.967.439.974.400). L’écran 640 x 480 présenté dans cet article dispose de 307.200 pixels, chacun limité à 16 nuances, soit 4.915.200 combinaisons, soit environ trois milliards de fois moins… En 256 couleurs, on réduit le rapport à 200 millions…

Un support d’écran Display /// pour Apple II sur eBay

Quand Apple présente son Apple /// en 1980, elle se décide enfin à lui offrir un écran adapté, plutôt que de laisser chaque client acheter un moniteur conçu par un autre constructeur comme cela se faisait auparavant:

Apple II avec écran Philips Display

Plutôt que d’en profiter pour concevoir d’autres écrans adaptés à sa gamme Apple II, Apple se contente alors de commercialiser un simple support en plastique en forme de U inversé, destiné à positionner l’écran au-dessus de la coque d’un Apple II, plus étroite. On en a déjà touché un mot à l’occasion d’un article sur The Keyboard Company, un accessoiriste racheté par Apple. En voici deux exemples d’utilisation, tirés de brochures de l’époque :

Apple support écran Apple II Apple /// 815-0540

Apple support écran Apple II Apple /// 815-0540

On trouve actuellement un tel support dans son carton sur eBay. Pour environ 150 euros (sans compter les frais de port et d’importation), vous pouvez donc acquérir (ou nous offrir) cette petite pièce d’histoire, un simple morceau de plastique référencé 815-0540, une opportunité plutôt rare !

Apple support écran Apple II Apple /// 815-0540
Image : eBay

L’écran du Macintosh, sur un iMac Retina 5K

Et si l’on devait afficher l’interface du premier Macintosh, en 512 x 342 pixels, au milieu de l’écran Retina de l’iMac 27 pouces, en 5 120 x 2 880 pixels, ça donnerait quoi ? Et bien cela donnerait ceci :

Macintosh 512 x 342 scren on an iMac 27 Retina display

Un minuscule timbre-poste au milieu d’un océan de pixels. C’est bien simple, on pourrait faire tenir 84 écrans du Macintosh sur celui de l’iMac !

Au passage, heureusement qu’il y a GraphicConverter pour ouvrir les copies d’écrans réalisées sur les vieux Macs au format PICT, parce qu’Apple y a renoncé depuis longtemps !