Un bouton pour tout effacer

Imaginez qu’en appuyant sur un bouton derrière votre iMac ou votre iPad, on puisse non seulement le redémarrer, mais effacer tout le contenu qui y est enregistré. Oui, comme ça, sans mot de passe, sans confirmation, rien. Hé bien ce qui nous paraîtrait aujourd’hui une idée totalement folle était assez courant aux débuts de l’informatique. Ainsi, on pouvait renvoyer un Newton MessagePad à ses réglages d’usine simplement en appuyant sur un bouton situé dans le compartiment à piles. Même la protection par mot de passe au démarrage est supprimée !

Apple MessagePad Newton reset button

De la même manière, on pouvait effacer le contenu de la mémoire d’un appareil photo numérique QuickTake en appuyant deux fois sur le bouton reset situé parmi les autres commandes. Il valait donc mieux éviter de confier son appareil à n’importe qui, d’autant plus que les photos étaient stockées sur une mémoire interne : impossible de garder avec soi une carte-mémoire avant de prêter l’appareil !

Apple QuickTake 150 reset button
Sans aller jusqu’à cette extrémité, on peut se souvenir des boutons « Reset » sur les premiers Apple // : ils ne provoquaient pas un retour aux réglages d’usine, mais un redémarrage du système, accompagné d’une purge de la mémoire vive. Tout ce qui n’était pas déjà enregistré était perdu ! Les utilisateurs de l’Apple II se plaignaient d’ailleurs d’appuyer involontairement sur cette touche, placée parmi les autres touches. Apple corrigera le tir sur les modèles ultérieurs : sur l’Apple III, cette touche sera placée très à l’écart du clavier, et la marque proposera un correctif pour les Apple II afin de rendre la touche inopérante à moins d’être pressée en même temps que la touche Ctrl.

Apple II europlus touche reset

Les premiers Macs disposeront également d’une touche de redémarrage, située sur le côté de la machine, sous la forme d’un double-bouton qui n’était pas installé en usine, mais ajouté par l’utilisateur. Combien d’entre-nous ont connu, comme victime ou auteur, cette bonne blague consistant à appuyer sur le bouton de redémarrage en passant à côté de la machine ? Au moins, la combinaison Commande-Control-Démarrage qui a ensuite remplacé ce bouton était moins évidente à réaliser par surprise…

Apple Macintosh SE Reset button

Bon anniversaire l’eMate 300 !

Alors même que nous commémorions il y a quelques jours les 21 ans de l’abandon de la gamme Newton par Apple, nous fêtons aujourd’hui les 22 ans de l’eMate 300, qui n’aura donc pas tenu un an au catalogue…

Apple eMate 300 (Newton)

Apple eMate 300 (Newton)

Apple eMate 300 (Newton)

Par bien des aspects, l’eMate était une machine emblématique. Dans son design, tout d’abord, puisqu’elle préfigurait la place centrale que Jonathan Ive redonnera bientôt au design au sein de la firme. Comme l’iMac et l’iBook après lui, l’eMate 300 avait été prévu pour offrir différentes couleurs de boîtiers, qui ne seront finalement jamais commercialisées. Dans ses composants ensuite, puisque la gamme Newton s’appuyait déjà sur un processeur ARM et un écran tactile (avec stylet) comme l’iPhone le fera onze ans plus tard. Dans son destin enfin, puisque malgré ses qualités, cette machine sera abandonnée sans autre forme de procès par Steve Jobs, pour permettre à l’entreprise de se concentrer sur le développement de Mac OS.

Apple eMate 300 (Newton)

Cette petite machine, vendue uniquement aux établissements scolaires au prix d’environ 800 dollars à l’époque, se trouve facilement aujourd’hui sur le marché de l’occasion. Sur eBay, on en voit régulièrement à moins d’une centaine d’euros.

Du Knowledge Navigator au Newton puis à l’iPad

Aujourd’hui, nous vous proposons de regarder deux vidéos. La première est un clip de cinq minutes, réalisé en 1987 pour expliquer le rêve de John Sculley, alors PDG d’Apple dont il avait évincé Steve Jobs. Le Knowledge Navigator (ou Navigateur du Savoir) proposait un assistant personnel avec synthèse et reconnaissance vocale, bien plus performant que Siri ne l’est aujourd’hui, rendant l’utilisation de l’interface tactile presque inutile… et il disposait d’un écran pliable, trente ans avant le Galaxy Fold ou l’Huawei Mate x !

Une autre vidéo revient (succinctement) sur la transition entre ce rêve de John Sculley et l’iPad, en passant évidemment par le Newton. Dans cette animation qu’Arte a diffusée le 23 février dernier, on apprend qu’une équipe d’Apple avait été dédiée dès 1987 à la conception de cet « ordinateur de la taille d’un magazine », capable de communiquer sans fil avec d’autres appareils et de reconnaître l’écriture manuscrite. Mais tout restait à inventer, à commencer par un processeur plus compact, plus économe et moins gourmand en énergie, tout en restant très puissant, ce qu’Apple réalisera en participant à la mise au point du processeur ARM, via la société ARM cofondée avec Acorn et VLSI. Un processeur dont les descendants équipent aujourd’hui toutes nos tablettes et tous nos smartphones.

Oui mais voilà, Newton était arrivé trop tôt. La gamme, lancée en 1993, sera abandonnée dès 1998 comme nous vous le rappelions hier.

C’était il y a 21 ans : Adieu, Newton…

Le 27 février 1998, c’est par le biais d’un communiqué de presse laconique qu’Apple annonçait sa décision de cesser le développement de NewtonOS, son système d’exploitation dédié aux appareils mobiles MessagePad et eMate.

RIP NewtonOS

On se souvient que moins d’un an plus tôt, le même Steve Jobs, interrogé lors de la conférence mondiale des développeurs (WWDC) de mai 1997, avait indiqué que si ça ne tenait qu’à lui, Apple abandonnerait ce système pour se concentrer sur MacOS et Rhapsody (le futur remplaçant de MacOS, abandonné lui aussi ensuite).Durant les quelques mois qui avaient suivis, il avait fait évincer Gil Amelio du conseil d’administration, avait obtenu les pleins pouvoirs, et avait pu commencer le grand ménage afin de concentrer tous les efforts de l’entreprise dans une même direction.

Dans ce communiqué de presse, la marque précisait que 1999 verrait apparaître des appareils mobiles, basés sur MacOS, et que tout serait fait pour faciliter la transition des clients et des développeurs d’une plate-forme à l’autre. En réalité, NewtonOS était tellement peu utilisé que rien ne sera fait : l’iBook qui sortira en 1999 ne sera rien d’autre qu’un PowerBook d’entrée de gamme.

Le seul héritage de NewtonOS dans MacOS est la technologie InkWell, un système de reconnaissance d’écriture intégré à MacOS X depuis la version 10.2. Pour le reste, en adoptant les bases de NeXTSTEP pour son futur MacOS X, Apple a renoncé à toutes les technologies de NewtonOS, qui était pourtant son premier système dédié aux puces ARM, bien avant l’iPhone !

Un Newton MessagePad transparent sur eBay

Ce n’est pas parce que l’on fête beaucoup d’anniversaires en janvier qu’il faut oublier de jeter un œil sur eBay, particulièrement riche en surprises ces jours-ci. Voici par exemple un exemplaire plutôt rare d’un Newton MessagePad 110 dans un boîtier transparent. Ce type de boîtier est caractéristique des versions de développement et l’on en croise de temps en temps sur le site d’enchères.

Apple Clear Newton MessagePad 110
Image : eBay
Apple Clear Newton MessagePad 110
Image : eBay

En ce qui concerne plus particulièrement le Newton, certaines sources indiquent que tous les modèles transparents ne sont pas forcément des modèles de développement, puisqu’une série limitée destinée aux développeurs avait été distribuée par Apple. Cela explique pourquoi l’étiquette définitive, avec mention de l’agrément de la FCC, est le plus souvent présente, alors que les prototypes portaient  généralement une mention explicite « Prototype – Not for resale (ne doit pas être vendu) ».

Liens : le Journal du Lapin (1, 2, 3 et 4) ; MyAppleNewton ; MacNN.com ; Gizmodo.

Un prototype d’eMate 300 sur eBay

Voilà un cadeau qui ne sera pas livré pour Noël. Mais pour « seulement » 9999,99 dollars, vous pourrez vous offrir un prototype d’eMate 300, le fameux ordinateur portable dérivé de la plateforme Newton.

eMate 300 prototype

D’après le vendeur, qui ne donne pas beaucoup d’informations sur l’origine de cette machine, elle n’est plus en état de fonctionner. On remarque évidemment que le clavier et le stylet sont gris au lieu de vert, et que le capot ne porte que la pomme multicolore, sans le nom du modèle. Au verso, l’étiquette précise bien qu’il s’agit d’un prototype, interdit à la revente (hum hum…).

Apple eMate 300 prototype

[mise à jour du 28/12/2018] : l’annonce est de retour sur eBay, à 2500 dollars « seulement » !

Deux claviers noirs

Après notre article « Deux souris noires » où nous avions organisé la rencontre de la souris du Performa 5400 et celle de l’iMac Pro, voici maintenant la rencontre du clavier du même Performa de 1996, et du clavier du Newton MessagePad 2000 commercialisé l’année suivante.

Keyboard MessagePad 2000 - Performa 5400 black

Si le clavier noir du Performa 5400/180 était en tout point identique au clavier beige accompagnant les autres modèles de la gamme, le clavier du MessagePad 2000 était unique en son genre.  Marqué à la fois du logo Newton et de la touche pomme, il était conçu pour être particulièrement compact, et se connectait par un port de type Mini-DIN 8-pin, assez proche du port ADB des Macs, mais évidemment tout à fait incompatible… À notre connaissance, aucune version AZERTY de ce clavier n’eut le temps d’être commercialisée, avant son abandon par Apple dès 1998.

Keyboard Apple Newton MessagePad 2000

Ce clavier ADB noir, c’était quand-même la grande classe, n’est-ce pas ?

Apple black ADB keyboard clavier noir

Un logo Newton tordu

Après la série de pommes tordues publiée il y a quelques semaines, voici un autre logo qui a un peu souffert. Il s’agit d’une housse pour le Newton MessagePad 2000, très pratique puisqu’elle permettait de transporter un clavier en plus de l’assistant numérique.

Apple Newton case Logo Fail 2

On ne peut pas dire que le sous-traitant ait apporté beaucoup de soin à la broderie du logo… Pour les puristes, Apple proposait également une housse en cuir, beaucoup plus réussie.

Apple Newton case Logo Fail 1

Les fausses cartes PCMCIA du Newton MessagePad

Quand Apple présente son MessagePad 2000 en mars 1997, ce fleuron de la gamme Newton propose pour la première fois deux emplacements PCMCIA, le format de carte d’extension à la mode à l’époque (nous en avons déjà montré un exemple précédemment). Cependant, alors que les emplacements PCMCIA bénéficiaient généralement d’une petite porte qui s’effaçait à l’introduction de la carte, Apple avait fait un choix différent pour son PDA : elle le fournissait avec de fausses cartes en plastique, destinées à obstruer le lecteur en l’absence de véritable carte. Ainsi, le design était préservé, et les introductions accidentelles de pièces de monnaie ou de trombones étaient évitées.

Apple MessagePad Newton fake PCMCIA card

La solution se rapproche de ce qu’Apple proposait à la même époque sur certains de ses portables. Le PowerBook 3400 et le G3 proposaient des baies vides, ou « Weight-Saving Device », à utiliser à la place de la batterie ou du lecteur CD. Dans les deux cas, le principe était d’insérer un dispositif factice pour éviter de laisser une baie d’extension vide sur l’appareil.

L’évolution de la mémoire Flash

En une image, tout est dit, ou presque… À votre gauche, la carte mémoire du Newton MessagePad, deux méga-octets sur la balance ; à votre droite, une carte SD comme nous en avons tous aujourd’hui dans nos appareils photos, contenant trente-deux-mille fois plus de données…

Newton 2MB flash memory card VS SD Card

Le Newton et ses différentes déclinaisons, jusqu’à l’eMate 300, utilisaient des cartes mémoire PCMCIA, mais dans un format incompatible avec les autres appareils ou les PowerBooks de l’époque.

On aurait bien sûr pu aggraver la comparaison avec une carte SD de 512 Go, ou une carte micro-SD de 400 Go, mais bon, on n’en avait pas sous la main, et puis là comme ça, vous avez l’idée, non ?