System 7 : Work Less, Do More

Sur l’Aventure Apple, nous privilégions les contenus en français, c’est une évidence depuis bientôt 19 ans… Mais voilà, Apple est américaine, alors on fait parfois des exceptions, comme pour cette publicité en deux pages pour le Système 7. Work less, do more : travaillez moins, faites-en plus !

Apple System 7 Ad : work less, do more

Comme à chaque nouvelle version de son système, Apple pointait les avantages de cette nouvelle version, promettant de libérer l’inspiration et la motivation face à une informatique devenue trop complexe, trop agaçante. Face à Windows 3.0, Apple promouvait son Macintosh, conçu « dès la première puce » pour fonctionner comme pensent les humains, avec une interface intuitive partagée par toutes les applications. Le Système 7 facilitait la mise en réseau, offrait des Bulles d’Aides pour expliquer les éléments d’interface, et rendait le Mac encore plus simple à utiliser.

Apple System 7 Ad : work less, do more

The power to be your best, le pouvoir de donner le meilleur de vous-même, concluait cette publicité de 1991 dont les petites lignes précisaient qu’elle avait été conçue et réalisée sur Macintosh : We practice what we preach : nous faisons ce que nous disons !

Bon anniversaire MacOS 7.6 !

Décidément, le mois de janvier est riche en anniversaires chez Apple ! Six ans avant la présentation de Keynote, Apple proposait le 7 janvier 1997 la mise à jour 7.6 de son système d’exploitation. Sous le nom de code « Harmony », cette version prenait pour la première fois officiellement le nom de « Mac OS ». Cette mise à jour était tout de même facturée 700 Francs TTC, voire 1200 francs avec une souscription permettant de bénéficier des mises à jour de 1997 (Mac OS 8 sortira en juillet). Pour l’occasion, voici deux publicités de l’époque. Sobres, élégantes, et discrètes… ou pas.

Mac OS 7.6 publicité France par Claris et Apple

Avant de jouer au jeu des 7 différences, vous remarquerez que cette publicité est signée Claris, qui distribuait les logiciels Apple à l’époque. Apple n’est citée qu’en marge… On comprend que les utilisateurs aient été un peu perdus, et que Steve Jobs (qui commençait à faire le tour du propriétaire à l’époque) ait souhaité simplifier l’organisation et la communication de l’entreprise…

Mac OS 7.6 publicité France par Claris et Apple

 

Souvenir : le Puzzle de Mac OS

Et vous, avez-vous connu l’époque où chaque Macintosh était livré avec un petit jeu de puzzle (ou « Jigsaw Puzzle » en version originale) ? Ce puzzle traditionnel représentait un planisphère centré sur l’Europe (y compris dans la version américaine du système). C’est le même planisphère que l’on retrouvait dans l’Album, également accessible depuis le Menu Pomme.

Apple Macintosh System 7.5 Jigsaw puzzle

Un menu « Créer un nouveau puzzle » offrait le choix entre 3 tailles : 6, 18 ou 45 pièces. Il était même possible de copier-coller n’importe quelle image pour créer un puzzle personnalisé !

Apple Macintosh System 7.5 Jigsaw Puzzle with iPhone Xs wallpaper
24 ans séparent le logiciel Puzzle du Système 7.5 (1994) et le fond d’écran créé pour l’iPhone Xs (2018)…

En cas d’hésitation, il y avait une antisèche : un menu « Voir l’image » permettait de découvrir l’image dans une fenêtre flottante à l’écran. Il y avait aussi un menu « Résoudre le puzzle » qui animait les pièces à l’écran pour reformer l’image d’origine.

Souvenir : un écran en seize couleurs

Et vous, avez-vous connu l’époque où l’on pouvait régler le nombre de couleurs affichées à l’écran ? Les cartes graphiques du début des années 1990 étaient bien incapables de jongler avec les quantités vertigineuses de nuances de nos écrans P3, et se contentaient d’afficher jusqu’à 256 couleurs, soit 8 bits par pixel (3 bits pour le rouge, autant pour le vert, et seulement 2 pour le bleu). Pire, certains logiciels et certaines configurations se contentaient de 16 couleurs ! Voici par exemple une photographie prise par un QuickTake, affichée sur un écran 640 x 480 pixels en 16 couleurs.

Si vous vous posez la question : les 4 couleurs étaient le noir, le blanc, et deux nuances de gris…

Quelques chiffres pour comparer : un iMac Pro dispose d’un écran de 5120 x 2880 pixels, soit 14.745.600 pixels codés sur 30 bits, et donc capables d’afficher 1.073.741.824 nuances. La carte graphique doit donc gérer quinze millions de milliards de combinaisons possibles (précisément 15.832.967.439.974.400). L’écran 640 x 480 présenté dans cet article dispose de 307.200 pixels, chacun limité à 16 nuances, soit 4.915.200 combinaisons, soit environ trois milliards de fois moins… En 256 couleurs, on réduit le rapport à 200 millions…

Publicité : Pierre, Paule, Jacques et les autres

Le dimanche, c’est publicité ! Aujourd’hui, une double-page de 1995 présentant le Système 7.5 (on ne disait pas encore « Mac OS »). Apple présentait les fonctions principales de cette grosse mise à jour : l’assistant pour vous venir en aide, de nouveaux fonds d’écran, AppleScript, Echange PC/Macintosh et Easy Open, Mac TCP pour accéder à Internet, la future autoroute mondiale de l’information, QuickTime 2.0, QuickDraw GX… Le tout pour 590 Francs hors taxes, car oui, à l’époque, les grosses mises à jour étaient payantes !

Publicité Apple, Système 7.5, après avoir appris l'homme à la machine

Souvenir – La galère TCP-IP

Et vous, avez-vous connu l’époque où l’accès à Internet sur Mac nécessitait de trouver un fournisseur d’accès compatible, puis de développer des trésors d’ingéniosité, de jongler entre extensions et tableaux de bord, de manier Open Transport, Mac PPP, Config PPP, TCP/IP, Remote Access, et tutti quanti ?

Mac PPP, TCP/IP et compagnie

Mac PPP, TCP/IP et compagnie

Mac PPP, TCP/IP et compagnie

Mac PPP, TCP/IP et compagnie

Mac PPP, TCP/IP et compagnie

Même avec un mode d’emploi comme celui de Basecomac, pas sûr qu’on serait encore capable aujourd’hui de connecter un Macintosh sous Système 7.5 à Internet, en imaginant que des fournisseurs d’accès soient encore compatibles avec les modems 56k… Non, décidément, c’était pas mieux avant…

Souvenir – Les Tableaux de bord

Et vous, avez-vous connu l’époque des Tableaux de Bord ?

Au tout début du Macintosh, on parlait de « Tableau de Bord » au singulier, puisque tous les réglages de la machine tenaient sur un seul écran minuscule. Puis vint le système 7 et ses multiples Tableaux de Bords, et autant de réglages accessibles par  des fenêtres indépendantes.

Macintosh Tableau de bord

Ces tableaux de bord étaient sagement rangés dans le Dossier Système. On les reconnaissait à leur icône bordée d’un petit curseur.

Macintosh Tableau de bord

Parmi tous ces tableaux de bord, on se souvient particulièrement de « Mémoire», qui donnait accès à des réglages que personne ne comprenait, comme la « Mémoire cache toujours activée » ou l’adressage 32 bits.

Macintosh Tableau de bord

Souvenir – Les 256 couleurs

Si les écrans en 256 couleurs qui caractérisaient nos Macs au début des années 90 paraissent aujourd’hui bien éloignés de nos écrans en Super-rétina-P3-Ultra-Gamut, ils représentaient déjà pour beaucoup d’entre-nous un grand progrès, après plusieurs années de Macs monochromes. Saurez-vous reconnaître quelques-unes des palettes que nous avons sélectionnées ici ? Réponse en fin d’article…

La palette de couleurs du Système 7

La palette de couleurs de GraphicConverter

La palette de couleurs de ClarisWorks 2

La palette de couleurs d'Aldus Persuasion

Réponse : la palette de couleurs du Système 7 ; la palette de GraphicConverter 2.0 ; la palette de ClarisWorks 2.0 et la palette d’Aldus Persuasion (1988).

Souvenir – La mémoire souhaitée

Vous souvenez-vous qu’avant MacOS X, l’utilisateur était libre d’allouer à chaque application la quantité de mémoire vive qu’il souhaitait ? C’était le genre de liberté dont on aurait bien aimé se passer, et qui était héritée directement du premier Macintosh. L’éditeur du logiciel indiquait un niveau de mémoire vive conseillé, et on réglait soi-même le niveau minimum de mémoire vive disponible en-dessous duquel l’application refusait de se lancer, et le niveau de mémoire que l’on souhaitait allouer au logiciel.

Lire les informations d'une application sur Mac

Et là, les plus jeunes lecteurs se demandent : « Mais pourquoi ? ». Et en effet, il paraît aujourd’hui logique que chaque logiciel se débrouille avec le système en fonction de ses besoins à un instant T. Mais à l’époque (jusqu’au remplacement de Mac OS 9 par MacOS X, en 2001), le Système ne s’occupait pas de ça. Chaque logiciel encombrait une quantité donnée de mémoire vive, même s’il n’en avait pas besoin. Et si l’utilisation du logiciel nécessitait plus de mémoire, le logiciel quittait, dans le meilleur des cas après un avertissement préalable ; dans le pire des cas, sans rien dire, et avec un plantage généralisé !

Mémoire vive PowerPoint presque saturée

Souvenir – Le plus gros bloc inutilisé

Si vous avez utilisé un Mac dans les années 90, vous vous souvenez sans doute de sa gestion calamiteuse de la mémoire vive. Pour résumer : chaque logiciel réservait une certaine quantité de moire vive (qu’il en ait besoin ou non), et ne la libérait plus avant d’être quitté. Le souci, c’est qu’une fois installé sur son coin de mémoire, chaque logiciel n’en bougeait plus. En lançant puis en quittant plusieurs logiciels, on finissait par tronçonner la mémoire vive en plusieurs blocs inutilisés. Et chaque logiciel ne pouvait s’inscrire que dans un seul bloc : deux blocs de 10 Mo ne donnaient donc pas 20 Mo de mémoire libre, mais seulement 10 Mo. C’est pour cela que dans la fenêtre « À propos de votre ordinateur » sous Mac OS 9, votre Mac vous indiquait la taille du « Plus gros bloc inutilisé » et non pas la taille totale de mémoire vive disponible.

A propos de Mac OS 9 - Plus gros bloc inutilisé de mémoire

Sous le Système 7 et sous Mac OS 8, cette valeur n’était pas clairement indiquée. La fenêtre « À propos de votre Macintosh… » n’indiquait que la mémoire disponible, celle-ci n’étant pas forcément égale à la mémoire totale de laquelle on aurait soustrait la mémoire utilisée par chaque logiciel. Cette notion faisait partie des points les plus compliqués à expliquer aux néophytes, et c’était pourtant une donnée à maîtriser, notamment pour qui voulait utiliser des applications un peu gourmandes sur un Macintosh pas bien garni en mémoire vive.

A propos de votre Macintosh - 7.1

Sérieusement, il était temps que MacOS X vienne faire le ménage là-dedans en 2001, en généralisant la gestion dynamique de la mémoire vive et le recours amélioré à la mémoire virtuelle. Ainsi, chaque logiciel dispose maintenant de la quantité de mémoire vive qu’il lui faut, et les logiciels en arrière-plan ne monopolisent plus de mémoire. Quant au concept de « plus gros bloc inutilisé », il a purement et simplement disparu.