L’Apple « 1 »

Depuis longtemps, Steve Wozniak rêvait de créer son propre ordinateur et avait déjà dessiné plusieurs circuits de carte-mère. Il avait même créé un interpréteur BASIC et un compilateur Fortran pour ses machines, sur de simples feuilles de papier, sans même avoir assemblé ses circuits ! Le problème était le prix des composants : le processeur 8080 d’Intel coûtait 179 dollars à lui tout seul ! Alors que le monde de l’électronique ne jure déjà plus que par ce processeur, Wozniak décide de ne pas l’utiliser… C’est Allen Baum, un ami de Steve Wozniak qui découvrira la perle rare : le processeur 6502 de MOS Technology, vendu pour seulement 25 dollars. Ce processeur avait en plus l’avantage d’être très proche du processeur 6800 de Motorola, que Wozniak avait rêvé d’utiliser dans ses ordinateurs. Ainsi, tous ses plans ne nécessitaient plus que de légères adaptations pour utiliser le 6502.

La première publicité pour l’Apple 1 – Remarquez la mention invitant les revendeurs à se renseigner ! (image macmothership.com)

Pour rendre sa machine plus facile à utiliser, Wozniak préféra inclure un gestionnaire de clavier plutôt que d’utiliser des interrupteurs comme cela se faisait à l’époque. De même, la carte-mère était équipée pour utiliser un écran de télévision pour afficher des informations, plutôt qu’une série de diodes. Quand, en juin 1975, Wozniak branche son premier prototype à un téléviseur, et que le premier caractère qu’il tape au clavier apparaît à l’écran, c’est la première fois dans l’histoire de l’informatique qu’un particulier peut réaliser une telle prouesse sur un ordinateur individuel ! La simplicité ne s’arrêtait pas là : dès son lancement, la machine était capable de mettre en place le système d’exploitation et de repérer le clavier, alors qu’il fallait faire tout cela « à la main » avec l’Altair. L’Apple possédait également un port pour brancher des périphériques.

Les habitués de la marque à la pomme ne savent pas toujours comment nommer ce premier ordinateur : l’Apple ? L’Apple 1, ou l’Apple I ? Il faut dire que la marque elle-même semble avoir hésité. Ainsi, les publicités de l’été 1976, tout comme le manuel d’utilisation, utilisent le terme « Apple-1 » en parallèle avec la mention « the Apple Computer ».

Seuls 200 exemplaires de l’Apple ont vu le jour. Une cinquantaine d’entre eux ont été vendus par le magasin d’électronique Byte Shop de Palo Alto. En tout, 175 seront vendus dans les 10 premiers mois. Sur le prix de vente de 666,66 dollars, le vendeur faisait une marge de 33 %, et Wozniak et Jobs faisaient un bénéfice de 50% sur ce qui restait.

L’Apple, aussi simple à utiliser qu’il fut, avait un gros défaut : il fallait entrer 3000 caractères pour mettre en place l’interpréteur Basic, à chaque démarrage. Wozniak qui connaissait le code par coeur, était lui-même obligé d’y passer 20 minutes. C’est sous la pression de Paul Terrell, le directeur du magasin Byte Shop, que Wozniak décida de créer un adaptateur de lecteur de cassettes pour l’Apple 1. Pour 75 dollars, l’utilisateur recevait une carte pour connecter un lecteur de cassettes à l’ordinateur, ainsi qu’une cassette contenant les 3000 caractères de Basic. Bien que les publicités mentionnent la capacité de cette interface à travailler avec n’importe quel lecteur de cassettes, seuls les magnétophones de très grande qualité (et donc très chers) donnaient un signal assez clair pour être utilisé par l’ordinateur…

L’Apple est présenté pour la première fois dans un grand salon électronique par Stan Veit, directeur du premier magasin d’informatique de la côte Est. Cette présentation est l’occasion d’un grand étonnement : les visiteurs sont persuadés qu’un ordinateur ne peut pas tenir dans une boite aussi petite, et cherchent des câbles dissimulés qui relieraient l’Apple à un vrai ordinateur caché…

Pendant ce temps, le magasin Byte passait un accord avec un ébéniste de la Silicon Valley afin de créer un boîtier pour l’Apple, tout en bois, afin que cet ordinateur ne soit plus simplement une carte. D’autres acheteurs, plus inspirés, transformèrent l’Apple I en portable, en incluant les différents éléments dans une valise.

Un passionné de l’Apple 1, Mike Willegal, propose un listing officieux des Apple-1 identifiés de par le monde. Il en dénombre actuellement 66, repérés dans des collections privées, des musées, sur des documents ou des témoignages.

Apple et les virus
Lire la suite
Rhapsody et MacOS X
Lire la suite
Big Mac by Frog Design
Le prototype « Big Mac » d’Apple
Lire la suite
La rumeur Crypto Operating System
Lire la suite
La publicité 1984
Lire la suite
La rumeur iPDA
Lire la suite
L’Apple II
Lire la suite
Modem AppleDjinn avec France Télécom
Le modem AppleDjinn
Lire la suite
Le prototype Apple IIx
Lire la suite
Apple eWorld
Lire la suite
La rumeur Macintosh NC
Lire la suite
L’ogre Apple (toutes ces sociétés qu’Apple a achetées)
Lire la suite
L’iPhone
Lire la suite
L’iBook
Lire la suite
L’Apple Expo
Lire la suite
Apple-1
L’Apple « 1 »
Lire la suite
L’Apple ///
Lire la suite
La rumeur iPDA
Lire la suite
L’Apple Expo
Lire la suite
Apple-1
L’Apple « 1 »
Lire la suite
Apple eWorld
Lire la suite
L’iBook
Lire la suite
L’Apple ///
Lire la suite
Big Mac by Frog Design
Le prototype « Big Mac » d’Apple
Lire la suite
L’ogre Apple (toutes ces sociétés qu’Apple a achetées)
Lire la suite
Rhapsody et MacOS X
Lire la suite
L’Apple II
Lire la suite
La rumeur Crypto Operating System
Lire la suite
La rumeur Macintosh NC
Lire la suite
L’iPhone
Lire la suite
Apple et les virus
Lire la suite
La publicité 1984
Lire la suite
Modem AppleDjinn avec France Télécom
Le modem AppleDjinn
Lire la suite
Le prototype Apple IIx
Lire la suite