La rumeur Macintosh NC

On doit l’idée du Network Computer à Larry Ellison, patron d’Oracle et grand ami de Steve Jobs. On connaît bien Ellison dans le monde Mac : non seulement il est le principal concurrent de Bill Gates, mais il a plusieurs fois annoncé son intention de racheter Apple, “à titre personnel”. C’est d’ailleurs en partie grâce à son influence que Steve Jobs reprendra du service à la tête d’Apple.

Le 4 septembre 1995, alors que Michael Spindler est président d’Apple, Larry Ellison annonce à la presse que les ordinateurs personnels sont appelés à disparaître, au profit d’un nouveau type d’ordinateurs : les Network Computers (ordinateurs en réseau). Pour lui, l’avenir de l’informatique appartient à ces machines, simples terminaux connectés à Internet, sans disque dur ni support amovible. Tout le nécessaire pour l’utilisation de l’ordinateur se trouve sur le serveur : logiciels, documents personnels, système… L’idée, qui était destinée dans un premier temps à remplacer les Macs et les PC à la maison, est vite adaptée à un marché plus juteux et plus facile à atteindre : le marché des entreprises. Le NC permettait de reprendre le contrôle des outils informatiques des employés, tout en réduisant les coûts qui ne représenteraient plus que 25 % des coûts de gestion d’un parc de Macs et PC !

Le principal problème est qu’Oracle, leader mondial des logiciels de base de données, n’a pas la possibilité de créer en interne ces fameux NC. Imagine-t-on Ellison revendre son idée à un quelconque constructeur de PC, s’alliant ainsi à Microsoft pour créer les logiciels nécessaires aux NC ? Non, bien sûr. C’est donc vers Apple que les regards se tournent. Steve Jobs et Larry Ellison sont amis, Apple a le savoir et les infrastructures nécessaires pour créer le NC, et surtout, l’expérience de la Pippin et de NewtonOS, son système d’exploitation allégé.

Fin 1997, tandis qu’Ellison a intégré le conseil d’administration d’Apple et que Steve Jobs en est devenu le Président par intérim, une interview semble régler définitivement la question. Ellison y déclare qu’Apple travaille sur un tel Macintosh NC, sans pouvoir en dire plus “de peur que Steve Jobs lui brise la nuque”… Les rumeurs se font insistantes : on parle d’une machine équipée d’un écran 17 pouces pleine page (à la verticale), d’un G3 à 266 ou 300 Mhz sur une carte-mère gossamer (celle des G3), et d’une version légère du système d’exploitation Allegro (nom de code de MacOS 8.5). Sous l’écran, débarrassé du lecteur CD, disquette, et disque dur, un grand espace permettrait de ranger le clavier et la souris. Une machine virtuelle Java est également prévue pour faire tourner les logiciels réseau. Sur les serveurs, on imagine bien Rhapsody, issu du mariage de Next et d’Apple, et qui deviendra plus tard MacOS X… 

Larry Ellison, le Network Computer de Sun, un projet d’Acorn, et un rendu d’artiste du Macintosh NC

Dans le même temps, Apple est censée travailler sur une version grand-public du NC, connue sous le nom d’Apple Media Player, intégrant lecteur de DVD, commande par infrarouge et reconnaissance vocale (trois technologies parfaitement maîtrisées par Apple). Une sorte de résurrection de la Pippin, pour faire entrer le Macintosh NC dans les salons.

Finalement, le Macintosh NC ne verra jamais le jour. Leander KAHNEY, dans son livre Jony Ive – Le génial designer d’Apple, raconte comment le travail sur ce concept a permis la naissance de l’iMac. « Steve a dit ” Ma fille entre à l’université, j’ai regardé tout ce qui existait et c’est tout simplement merdique. nous avons une réelle opportunité .Aujourd’hui, notre cible est de construire un ordinateur pour l’Internet“. Il avait la vision de l’iMac ». Et plus loin : « Jobs milita d’abord pour une machine radicalement décapée, un ordinateur de réseau (Network Computer), idée qui faisait alors fureur dans la Silicon Valley ». Le nom de code de l’iMac est d’ailleurs Columbus, comme Christophe Colomb, car il devait représenter un nouveau monde, libre de tout héritage.

Alors même qu’il est le fruit de la réflexion sur le Macintosh NC, l’iMac fait repartir les rumeurs de plus belle, quand on apprend que le petit dernier d’Apple est capable de démarrer à partir d’un système installé sur un serveur ! En effet, des développeurs de la version Mac de Linux ont découvert que lors de son démarrage, l’iMac recherche un serveur “bootp”, comme s’il pouvait se passer de son disque dur. Mais MacOS X Server n’est alors pas capable de prendre en compte cet appel. Mieux encore : durant sa tentative de démarrage en réseau, l’iMac s’identifie sous le nom de “MacNC” !

Malgré les démentis répétés d’Apple, les rumeurs au sujet de NC reviennent régulièrement sur le devant de la scène durant les mois qui suivent, notamment avant chaque discours de Steve Jobs, dont les éléments sont toujours gardés bien secrets !

En mars 2001, les rumeurs réapparaissent une dernière fois avec la sortie de MacOS X. Celui-ci étant basé sur un noyau Unix, il est relativement facile de l’adapter à une autre sorte de processeur, moins chère que le PowerPC. On se prend alors à imaginer un nouveau Macintosh NC, basé sur un processeur d’AMD, et tournant sur une version x86 de MacOS X…

Finalement, l’apparition du Cloud, quinze ans plus tard, permettra au concept de reprendre vie. De plus en plus, les ordinateurs et autres appareils stockent leurs données en ligne. Mais on est loin de pouvoir se passer de stockage local, notamment car les applications continuent de s’exécuter sur l’appareil lui-même.

Jusque quand faut-il remonter l'Histoire pour rencontrer le premier virus ? Si les ancêtres de nos micro-ordinateurs n'étaient déjà pas
Si je devais résumer, je dirais que le PowerBop, c’est un peu l’enfant naturel d’Apple France et de France Télécom,
Dès son arrivée à la tête d'Apple et le début du grand ménage, Steve Jobs avait annoncé l'intention d'Apple de
Lisa restera dans l'histoire d'Apple comme un symbole de la capacité de la marque à innover, à repérer le potentiel
Kriss : l’interview !En 2004, nous avions eu le plaisir de poser quelques questions à Kriss Graffiti, de son vrai
On connaissait l'iMac, ce petit bonbon translucide devenu avec le temps tournesol high-tech. À l'américaine, on le prononçait "Aïe-Mac". Mais
Pour Apple, l'utilisation des télécommunications n'est pas nouvelle : l'AppleLink, basé sur le réseau de General Electric, permettait déjà en
En 1981, Steve Wozniak est victime d'un crash d'avion. Si les blessures physiques s'avèrent finalement peu importantes, il perd cependant
Depuis longtemps, Steve Wozniak rêvait de créer son propre ordinateur et avait déjà dessiné plusieurs circuits de carte-mère. Il avait
L’Apple Expo, c’est quoi ? Apple Expo est née en juin 1984, à la Porte de Versailles à Paris. Alors
HyperCard est un "organisateur d'information". Il présente tellement d'aspects différents qu'il est difficile de vraiment le classer dans une catégorie
A la fin de l'année 1993, lors de l'Apple Expo, Apple et France Télécom présentent le premier modem issu de
L'histoire de l'iPhone commence, comme souvent, par une rumeur. Sûrement l'une des plus longues de l'histoire d'Apple, puisque pendant de
Plus que tout autre domaine de l'industrie, le monde informatique est l'objet de créations, fusions et rachats incessants de sociétés.
L'iMac a sans aucun doute marqué le retour d'Apple sur le devant de la scène. La petite machine est à
MacOS X, puis OS X, et depuis 2016, macOS, tout simplement. C'est le nom du système d'exploitation qui accompagne les
Alors que l'Apple continue de se vendre doucement, Stephen Wozniak est déjà en train de travailler sur l'Apple II. Pour
En août 1997, Apple présente enfin un successeur au système 7, après des années d'errance avec le projet Copland. C'est
Au moment même où Apple présentait au monde son Macintosh, une demande récurrente du milieu universitaire se faisait jour :
"1984", une publicité à l'histoire bien particulière, et surtout une publicité qui a bien failli ne jamais voir le jour…
On doit l'idée du Network Computer à Larry Ellison, patron d'Oracle et grand ami de Steve Jobs. On connaît bien
Dès 1979, les dirigeants d’Apple savaient bien que l’Apple II ne serait pas éternel. Ils savaient bien également que l’Apple
En août 1993, Apple commercialise le Newton, premier PDA (personnal digital assistant) de l'histoire de l'informatique. Pour de nombreuses raisons,
« Say Hello to iPod ». C’est sur ce message, écho du déjà lointain « Say Hello to iMac »,