Apple eWorld

Pour Apple, l’utilisation des télécommunications n’est pas nouvelle : l’AppleLink, basé sur le réseau de General Electric, permettait déjà en 1985 aux revendeurs Apple d’accéder au réseau interne d’Apple pour 100 dollars de l’heure… En 1988, la version grand public de l’Apple Link voit le jour, basée cette fois-ci sur un réseau créé par la firme Quantum. Les deux réseaux cohabitent pendant quelques années, avec deux problèmes : le prix énorme demandé par General Electric et surtout la décision de Quantum, devenue America On Line, d’ouvrir son réseau à tous les ordinateurs et plus seulement aux Macs.

En 1992, Apple décide de se débarrasser du réseau AppleLink et de mettre en place un nouveau réseau de services en ligne. Après plusieurs essais, Apple décide de s’associer à nouveau avec AOL pour mettre en place son réseau : les logiciels AOL sont adaptés pour le Macintosh puis modifiés pour devenir, le 5 janvier 1994, eWorld. Le 20 juin, eWorld devient accessible aux utilisateurs de Mac. L’utilisateur habite un village où se côtoient la poste, la bibliothèque, des centres de loisirs, d’informatique, des magasins, une maison de la presse… Il suffit de cliquer sur l’un des bâtiments pour découvrir le contenu de plusieurs serveurs se rapportant au sujet choisi. Apple s’appuie sur plusieurs centaines de partenaires pour fournir du contenu pour eWorld : la plupart étaient de grands magazines. 

Le premier écran d’accueil d’eWorld en 1994 

L’utilisation d’eWorld est très simple : l’application indique si votre machine est capable de récupérer les fichiers désirés, calcule le temps nécessaire et donc le coût de la communication. Il est ainsi possible d’envoyer du courrier, de rechercher des informations, de télécharger images, sons et textes et d’acheter dans les magasins en ligne. Quand un mail arrive, un camion rouge siglé « Mail » apparaît dans le village. Pour accéder à l’ensemble des services, Apple se contente d’un modem 2400 bauds, et recommande 9600 bauds pour de meilleures performances. 

Une brochure pour eWorld – 10 heures gratuites ! 

L’idée n’était pas si mauvaise, surtout pour les nouveaux venus à l’informatique. En revanche, les tarifs exorbitants feront renoncer beaucoup d’utilisateurs : 8.95 dollars d’abonnement par mois donnant accès à deux heures gratuites, puis de 2.95 à 7.90 dollars par heure selon la période, plus 7.95 dollars pour les utilisateurs internationaux, plus les 2,40 F par minute facturés par France Télécom ! Au plus fort, le service comptera à peine 150.000 abonnés, quand les grands noms de l’internet de l’époque commençaient à en compter plusieurs millions. 

Les tarifs d’eWorld – C’était pas donné quand-même 

Les problèmes s’accumulent : eWorld est trop cher, il subit trop de concurrence… De plus, avec le développement d’Internet, les sites de recherche et les portails finiront par dépasser en qualité les services d’eWorld. La plupart des partenaires d’Apple créant en plus leur propre site web, eWorld ne représentait pour eux que du travail en plus… Apple tente bien d’ouvrir un peu eWorld en y autorisant la navigation sur le web (eWorld 1.1), et en partageant le service de mail avec NewtonOS, mais trop tard. 

eWorld n’est plus accessible, 31 mars 1996 

Finalement, eWorld, rebaptisé Empty World par ses rares habitants, est abandonné par Apple, le 31 mars 1996 à 12H01 : “Le soleil va se coucher pour toujours sur eWorld”. Grâce à un accord, AOL devient alors le fournisseur d’accès recommandé par Apple. Quant aux revendeurs Apple, leur support bascule sur le site web d’Apple, tout simplement.

Jusque quand faut-il remonter l'Histoire pour rencontrer le premier virus ? Si les ancêtres de nos micro-ordinateurs n'étaient déjà pas
A la fin de l'année 1993, lors de l'Apple Expo, Apple et France Télécom présentent le premier modem issu de
En 1981, Steve Wozniak est victime d'un crash d'avion. Si les blessures physiques s'avèrent finalement peu importantes, il perd cependant
On doit l'idée du Network Computer à Larry Ellison, patron d'Oracle et grand ami de Steve Jobs. On connaît bien
On connaissait l'iMac, ce petit bonbon translucide devenu avec le temps tournesol high-tech. À l'américaine, on le prononçait "Aïe-Mac". Mais
Au moment même où Apple présentait au monde son Macintosh, une demande récurrente du milieu universitaire se faisait jour :
L'iMac a sans aucun doute marqué le retour d'Apple sur le devant de la scène. La petite machine est à
Depuis longtemps, Steve Wozniak rêvait de créer son propre ordinateur et avait déjà dessiné plusieurs circuits de carte-mère. Il avait
Pour Apple, l'utilisation des télécommunications n'est pas nouvelle : l'AppleLink, basé sur le réseau de General Electric, permettait déjà en
Alors que l'Apple continue de se vendre doucement, Stephen Wozniak est déjà en train de travailler sur l'Apple II. Pour
MacOS X, puis OS X, et depuis 2016, macOS, tout simplement. C'est le nom du système d'exploitation qui accompagne les
Dès son arrivée à la tête d'Apple et le début du grand ménage, Steve Jobs avait annoncé l'intention d'Apple de
« Say Hello to iPod ». C’est sur ce message, écho du déjà lointain « Say Hello to iMac »,
L'histoire de l'iPhone commence, comme souvent, par une rumeur. Sûrement l'une des plus longues de l'histoire d'Apple, puisque pendant de
Si je devais résumer, je dirais que le PowerBop, c’est un peu l’enfant naturel d’Apple France et de France Télécom,
Kriss : l’interview !En 2004, nous avions eu le plaisir de poser quelques questions à Kriss Graffiti, de son vrai
En août 1993, Apple commercialise le Newton, premier PDA (personnal digital assistant) de l'histoire de l'informatique. Pour de nombreuses raisons,
L’Apple Expo, c’est quoi ? Apple Expo est née en juin 1984, à la Porte de Versailles à Paris. Alors
En août 1997, Apple présente enfin un successeur au système 7, après des années d'errance avec le projet Copland. C'est
Dès 1979, les dirigeants d’Apple savaient bien que l’Apple II ne serait pas éternel. Ils savaient bien également que l’Apple
Plus que tout autre domaine de l'industrie, le monde informatique est l'objet de créations, fusions et rachats incessants de sociétés.
Lisa restera dans l'histoire d'Apple comme un symbole de la capacité de la marque à innover, à repérer le potentiel
"1984", une publicité à l'histoire bien particulière, et surtout une publicité qui a bien failli ne jamais voir le jour…
HyperCard est un "organisateur d'information". Il présente tellement d'aspects différents qu'il est difficile de vraiment le classer dans une catégorie